Sélectionner une page

L’homéopathie est parfaitement adaptée pour éviter les désagréments lors des voyages ou pour la prise en charge du mal des transports. Elle constitue une thérapeutique utile et efficace avec de nombreux médicaments contre le mal de transport. Parmi ces traitements homéopathiques, Cocculine peut être utilisé à titre préventif et curatif pour éviter et soulager les symptômes liés au mal de transport. En l’absence d’informations concernant les modalités d’aggravation ou d’amélioration des  symptômes, ce remède homéopathique, associant plusieurs souches, est bien adapté pour traiter un large éventail de manifestations cliniques. Pratique avec une indéniable facilité d’emploi, Cocculine est une alternative aux médicaments allopathiques qui sont parfois mal tolérés, incompatibles avec la conduite ou associés à des effets secondaires tels que la baisse de la vigilance.

Cocculine : qu’est-ce que c’est ? 

Élaboré par les laboratoires Boiron, Cocculine contient quatre substances actives caractérisées chacune par une action spécifique dans le cadre du traitement du mal des transports. Cette formule combinée peut être utilisée par tout le monde, notamment les adultes et les enfants âgés de 18 mois et plus.  

Mal des transports
Cocculine sert à soulager les symptômes du mal des transports ou à les prévenir.

Ce complexe est particulièrement utile en prévention du mal des transports. Aussi, il est bien indiqué lorsque le sujet manifeste des symptômes qui correspondent à diverses souches homéopathiques ou lorsqu’il ne parvient pas à spécifier et à préciser les symptômes qui l’affectent. Comparé aux médicaments allopathiques, le remède homéopathique Cocculine présente également d’autres avantages. Il n’induit pas une baisse de la vigilance, ni la somnolence pendant le trajet.

Cocculine est en vente libre. Ce remède homéopathique n’est donc pas soumis à une prescription médicale obligatoire. Cependant, il importe de prendre conseil auprès du pharmacien ou de consulter la notice pour un meilleur usage de cette spécialité homéopathique.

Quelle est la composition de Cocculine ?

Cocculine est un remède homéopathique constitué de 4 substances actives. Il s’agit de quatre souches homéopathiques à basse dilution, utilisées dans le cadre de la prise en charge du mal des transports : Cocculus indicus 4 CH, Nux vomica 4 CH, Petroleum 4 CH et Tabacum 4 CH. Toutes ces souches homéopathiques sont d’origines diverses.

Quelle est l’origine de la souche homéopathique Cocculus indicus ?  

Cocculus indicus 4 CH constitue l’une des substances actives de Cocculine. Cocculus indicus est élaboré à partir d’une plante originaire d’Asie du Sud et de l’Inde, dénommée l’ivraie des Indes ou la coque du Levant. Appartenant à la famille botanique des Ménispermacées, cette plante a pour nom scientifique latin, Anamirta cocculus. Ce sont les fruits de cette plante qui servent pour l’élaboration du remède homéopathique, Cocculus indicus, utilisé contre le mal des transports, amélioré par l’air confiné, le repos, la chaleur, mais aggravé par le mouvement passif, le froid, le bruit, les émotions, la fumée de tabac.

Quelle est l’origine de la souche homéopathique Nux vomica ?

La dilution 4 CH de Nux vomica est un remède homéopathiques, mais également l’une des substances actives, d’une spécialité homéopathique (Cocculine). D’origine végétale, ce remède est issu d’un arbre originaire d’Asie du Sud-et dénommé le vomiquier (Strychnos nux-vomica). Il appartenant à la famille botanique des Loganiacées. La graine du fruit de cet arbre est appelée la noix vomique ou en latin, Nux vomica.

La teinture mère du remède homéopathique Nux vomica est élaborée à partir des graines séchées du Strychnos nux-vomica. Cette teinture mère est diluée et dynamisée à plusieurs reprises jusqu’à l’obtention de la dilution souhaitée.

Cette préparation homéopathique est utilisée en présence d’un mal des transports, marqué par des nausées importantes et amélioré par le vomissement.

Quelle est l’origine de la souche homéopathique Petroleum ? 

Petroleum est un remède homéopathique d’origine minérale. Il est élaboré à partir du pétrole blanc purifié, un liquide d’origine naturelle, provenant des gisements ou des fonds marins. Ainsi, en homéopathie, ce fluide sert à l’élaboration de la teinture mère de Petroleum. Cette teinture mère est ensuite diluée et dynamisée en vue d’acquérir des propriétés thérapeutiques qui permettent de traiter le mal de transport. C’est la dilution 4 CH de Petroleum qui fait partir des substances actives d’un complexe dénommé Cocculine.

En présence du mal de transport, marqué par des nausées, des  vertiges, avec une sensation de froid, Petroleum est utilisé lorsque les troubles sont aggravés par l’odeur de l’essence, d’hydrocarbures, par les odeurs de gaz d’échappement, mais sont améliorés par le grignotage et la chaleur.

Quelle est l’origine de la souche homéopathique Tabacum ?

Tabacum est un remède homéopathique d’origine végétale. Il est issu du tabac cultivé également appelé le grand tabac ou l’herbe à nicot. Cette plante herbacée originaire de l’Amérique Centrale et du Sud, a pour nom scientifique latin, Nicotiana tabacum. Elle appartenant à la famille botanique des Solanacées.

La souche homéopathique Tabacum est élaborée à partir des feuilles de cette plante, Nicotiana tabacum. La dilution homéopathique à base de cette substance végétale est utilisée contre le mal des transports, marqué par une aggravation des troubles au moindre mouvement, par la chaleur et une amélioration par l’air frais.

feuilles de tabac
Les feuilles de tabac servent à la fabrication de Tabacum, l’une des quatre principes actifs du remède homéopathique Cocculine;

Quelles sont les différentes formes pharmaceutiques de Cocculine ? 

Cocculine est un remède homéopathique disponible sous plusieurs formes galéniques. Cette spécialité se présente sous forme de granules en récipient unidose ou en comprimé facile à sucer. Elle est également commercialisée sous forme de comprimés orodispersibles. Cette forme pharmaceutique présente de nombreux avantages. Elle fond rapidement, en quelques secondes, sous la langue. Aussi, elle est bien adaptée pour les enfants dès 18 mois.

Quelle est l’indication de Cocculine ?

Cocculine est un remède de choix dans la prise en charge du mal des transports. Ce complexe à base de Cocculus, de Tabacum, de Petroleum et de Nux vomica à basse dilution (4CH) constitue alors un traitement homéopathique contre ce trouble qui peut survenir lors d’un voyage dans un moyen de transport. Il est composé de plusieurs souches qui sont préconisées contre le mal de transport.

Qu’est-ce qu’un mal des transports ?

Le mal des transports, appelé également la cinétose ou la naupathie est un malaise caractérisé par des troubles qui surviennent chez certains sujets lorsqu’ils effectuent un voyage dans certains moyens de transport, notamment le bateau, la voiture, le train, l’avion. Il correspond à une sensation provoquée par le trajet ou le voyage à bord de ces moyens de transport. Il peut survenir chez un sujet qui n’est pas affecté par une pathologie ou un problème de santé.

Le mal des transports se présente sous plusieurs formes bien spécifiques en fonction du moyen de transport. Ainsi, il peut être question du mal de mer, du mal de l’air, du mal de voiture ou du mal de train, lorsque les troubles surviennent respectivement lors des trajets sur la mer (en bateau), dans les airs (en avion) ou sur terre (en voiture ou dans le train). Par ailleurs, la perception du mouvement lors d’un trajet, en autocar ou en ferry peut également provoquer un mal des transports.

Qu’est-ce qui provoque le mal des transports ? 

Dans bien des cas, l’origine du mal de transports est attribuée à l’existence d’un conflit sensoriel survenant lorsque le cerveau reçoit des informations contradictoires en provenance des différents sens. Dans ce cas, les organes de sens, notamment les yeux et l’oreille interne envoient des informations contradictoires au cerveau.

Il y a une discordance, par exemple, lorsque la vue ou les yeux qui font croire au cerveau qu’il n’y pas de mouvement ou que rien ne bouge, alors que l’oreille interne ressent un mouvement et donne une information contraire, faisant savoir au cerveau qu’il y a un mouvement.

Du coup, le cerveau ne parvient pas à coordonner les informations provenant des différents sens, il ne comprend pas ce qui se passe et ne parvient pas à gérer la situation. Avec ces signaux contradictoires, provenant d’une oreille interne qui ressent des mouvements que les yeux n’ont pas détectés, le conflit sensoriel affecte la stabilité. Le maintien de l’équilibre devient alors difficile.

Jeune  homme troublé
Le mal des transports résulte d’un conflit sensoriel difficile à gérer. Le cerveau reçoit des signaux contradictoires qui affectent la stabilité de l’individu.

Quels sont les symptômes caractéristiques de Cocculine ?

Cocculine est un remède homéopathique qui soulage le mal des transports, en atténuant les symptômes liés à ce malaise, notamment chez les adultes et les enfants âgés de 18 mois et plus.

En effet, lorsqu’une perturbation prévaut au niveau de l’oreille interne en raison d’un contraste entre le mouvement détecté par les yeux et l’immobilité du corps, apparaissent alors plusieurs de symptômes. Ainsi, ces manifestations proviennent d’un dysfonctionnement entre la vue et l’audition, en relation avec le mouvement.

Elles varient d’une personne à une autre, avec une intensité plus ou moins accrue lorsque le véhicule aborde des virages, en cas de turbulences en avion ou lorsque la mer est agitée. Elles sont habituellement bénignes puisque, de façon générale, elles n’ont pas de conséquences graves au niveau de la santé du sujet et cessent dès que le sujet n’est plus soumis au mouvement ou s’adapte.

Ces symptômes caractéristiques contre lesquels Cocculine agit efficacement, peuvent être précédés d’un sentiment d’insécurité et d’une sensation de mal-être. Puis, débute couramment un inconfort dans le haut du ventre, suivi d’autres manifestations qui sont atténuées avec l’administration de Cocculine notamment :

La nausée

La nausée est un symptôme qui surgit brusquement, précédant souvent le vomissement. Elle est caractérisée par une envie de vomir, associant une sensation de malaise et d’inconfort au niveau de l’estomac. Elle peut être suivie d’une sécrétion anormale et excessive de salive, d’une série de contractions au niveau de l’abdomen, d’un vomissement.    

Les vomissements

Les vomissements correspondent à un trouble digestif qui peut être précédé d’une nausée ou peuvent surgir de façon isolée. Ils sont caractérisés par une expulsion, par la bouche, des substances contenues dans l’estomac. Parfois saccadé, ce rejet actif du contenu stomacal est violent et douloureux. Susceptible d’induire une amélioration temporaire, le vomissement peut être absent, alors le mal des transports est marqué simplement par la nausée, un autre trouble digestif.

 Les vertiges

Résultant généralement d’une anomalie au niveau de l’oreille interne, le siège de la régulation de l’équilibre et du positionnement dans l’espace, le vertige décrit une illusion de déplacement du sujet dans l’espace ou de mouvement de l’environnement qui entoure le sujet. Il s’agit d’une sensation erronée de perte de l’équilibre, avec des mouvements circulaires, verticaux ou de balancement donnant l’impression d’un corps ou d’un environnement animé d’un mouvement giratoire ou oscillatoire. Le sujet a l’impression d’avoir la tête qui tourne, qu’il tourne sur lui-même ou que les objets tournent autour de lui. D’une durée variable, les vertiges peuvent apparaître une seule fois ou plusieurs fois.

Les sueurs froides

Le mal de transport peut provoquer des sueurs froides ou une transpiration abondante. Cette sudation désagréable survient lorsque le corps réagit à la peur ou à un évènement extérieur et se manifeste généralement au niveau des paumes, des aisselles, de la plante des pieds. D’une durée rapide, induisant une peau moite, froide, elle peut se manifester dans d’autres régions anatomiques ou partout sur le corps.

Sueur froide
La mal des transports peut se manifester par des sueurs froides induite par la peur d’un événement extérieur.

Comment prendre Cocculine ?

Posologie

 Comprimé

Dans le cadre du mal des transports, la posologie recommandée est :

  • Chez l’adulte : 2 comprimés à sucer 3 fois par jour la veille et le jour du voyage. Dès l’apparition des symptômes, 2 comprimés à sucer.
  • Chez l’enfant (18 mois et plus) : 1 comprimé à sucer 3 fois par jour la veille et le jour du voyage. Dès l’apparition des symptômes, 1 comprimé à sucer.

Granules en récipient unidose

Chez l’adulte et les enfants âgés de 18 mois et plus, la posologie est de :  

  • 1 dose de granules la veille et 1 dose juste avant le départ
  • 1 dose de granules dès l’apparition des symptômes.

Qu’il s’agisse des comprimés ou des doses, la posologie curative peut être répétée plusieurs fois au cours de la journée, en cas de nécessité, en fonction de l’intensité des troubles. Mais, les prises doivent cesser dès que les symptômes disparaissent.

Mode d’administration

Pour l’administration par voie sublinguale, les granules sont à laisser fondre sous la langue. Pour les enfants âgés 18 mois à 6 mois, les comprimés à sucer ne sont pas toujours bien adaptés en raison du risque de fausse route. Par ailleurs, il est possible de les broyer et de les dissoudre dans l’eau avant de les administrer aux enfants.

Sources :

  • https://www.boiron.fr/nos-produits/decouvrir-nos-produits/2-familles-de-medicaments/nos-principaux-medicaments/cocculine-r-comprime
  • https://eurekasante.vidal.fr/medicaments/vidal-famille/medicament-bcoccu01-COCCULINE.html
    https://www.santemagazine.fr/sante/fiche-maladie/mal-des-transports-177355
  • http://pharmacieetnature.com/63-mal-des-transports-et-homeopathie.htm