Sélectionner une page

La grossesse est une aventure incroyable, souvent riche en rebondissements, et encore plus lorsque cela est la première fois. Chaque nouvelle étape est l’occasion de se poser un nouveau lot de questions, mais ce qui a le plus tendance à angoisser les futures mères, c’est celle du déroulement de l’accouchement. Comment les choses vont-elles se passer le jour J ?

Le rôle de la sage-femme libérale

Voilà un mystère qui reste bien souvent entier. Si on en voit beaucoup dans les films et à la télévision, le mystère de l’accouchement semble parfois être un secret bien gardé. Néanmoins, pour bien se préparer, il peut être utile de faire appel à une sage-femme libérale, notamment à l’occasion de ce que l’on appelle les cours de préparation à la naissance.

Au cours d’une grossesse, pendant l’accouchement, mais aussi pendant les premiers jours de vie du nourrisson, le soutien d’une sage-femme libérale peut être tout à fait apprécié. En effet, le rôle d’une sage-femme libérale est multiple. De plus, la plupart des soins peuvent se dérouler à domicile.

Alors, quel est le rôle d’une sage-femme libérale au moment de la grossesse et de l’accouchement ? Tout peut commencer avec la surveillance médicale de la grossesse, qu’elle se présente de manière normale, où qu’elle soit pathologique, simple ou multiple. Mais la sage-femme libérale peut aussi intervenir dans le cadre de la préparation à l’accouchement, ainsi qu’à celui de la parentalité.

Pendant sa grossesse, la femme enceinte peut choisir de suivre des cours de préparation à la naissance. Ces derniers permettent de répondre à la plupart des questions qui brûlent les lèvres de toutes les femmes enceintes. Plusieurs sujets peuvent être abordés, notamment celui de l’accouchement, mais aussi celui de l’allaitement, des contractions, des postures à adopter pour se soulager, sans oublier la question du retour à la maison, après l’accouchement.

Lorsqu’une femme enceinte décide d’accoucher à domicile, elle peut également faire appel à une sage-femme libérale pour veiller au bon déroulement de l’accouchement. Après la naissance, la sage-femme peut également réaliser la consultation postnatale, ainsi que la rééducation périnéale.

Déroulement d'un accouchement

Le déroulement de l’accouchement

Il est important d’avoir conscience que chaque accouchement est différent. Avant toute chose, pour bien préparer son séjour à la maternité, mieux vaut avoir une valise bien préparer. Pour cela, nous vous conseillons de faire un tour dans cet article.

L’un des premiers signes avant-coureurs sont les contractions. Si ces dernières sont à la fois rapprochées, régulières, et douloureuses, et ce, pendant au moins plus de 90 minutes, c’est le moment pour vous de vous rendre à la maternité. De la même manière, lorsque vous perdez les eaux, vous devez également vous mettre en route.

L’étape du travail est la suivante. Il s’agit de la plus longue et de la plus douloureuse. Elle peut durer plus de 12 heures lorsqu’il s’agit d’un premier enfant. Cette phase va permettre au col de l’utérus de se dilater au maximum, à savoir 10 centimètres. Cela permet le passage du fœtus. Les contractions vont donc continuer à se produire, et ce, de plus en plus souvent, et de plus en plus intensément.

À ce moment, la femme enceinte a le choix de demander ou non une péridurale. Si elle le souhaite, la décision devra avoir été anticipée, puisqu’un rendez-vous avec un anesthésiste est indispensable.

L’accouchement en lui-même démarre au moment où le col est suffisamment dilaté et que le périnée est bien étiré. L’équipe médicale aide alors la femme enceinte à pousser au meilleur moment possible. Plusieurs positions sont alors envisageables. C’est aussi le moment où certains actes médicaux comme l’épisiotomie peuvent avoir lieu.

Une fois que le nourrisson a pointé le bout de son nez, il faut savoir que la dernière étape de l’accouchement s’appelle la délivrance. Il s’agit tout simplement de l’expulsion du placenta.