Sélectionner une page

Travailler à son compte est le rêve d’une bonne partie de salariés. Quoi de plus beau que d’être libre et de choisir son créneau de travail. Au moment où c’est une option courante dans plusieurs métiers, ce n’est pas toujours possible pour d’autres. Etre indépendant quand on travaille dans le secteur de la santé n’est pas facilement atteignable. Ça nécessite une réflexion et une prise de risque. Ouvrir son cabinet demande un grand souffle et un investissement énorme comme ce n’est pas une option donnée à tout le monde. En outre, les possibilités d’entreprises que l’on peut monter dans le secteur médical sont très restreintes.

  • Comment travailler à son compte dans le médical ?

1.      Ouvrir son propre cabinet

La première idée qui vous trotte par le crane quand vous lisez le titre est la plus courante : Créer son cabinet. Tout le monde n’est pas apte à le faire. C’est un métier réglementé qui nécessite un certain niveau d’études et un type de diplôme bien précis. Un cabinet de médecine générale demande un diplôme en médecine générale. Un cabinet de kinésithérapie demande obligatoirement un diplôme de kiné… Ce qui en fait une option inconvenable pour certains.

2.      Créer un business dans le secteur de la santé

La santé représente un domaine vaste en constante expansion. De nouvelles technologies voient le jour et les salles d’attente sont toujours pleines de patient, ce qui fait du médical un bon secteur de business. Pensez à une idée unique et faites-en une entreprise. Ça peut être une société de vente de matériel, un cabinet de méditation ou une affaire de médecine douce… Faites travailler votre cerveau et vous finirez par trouver une idée sans sortir du domaine.

3.      Travailler en Freelance

Le grand défi du freelance réside dans la clientèle. Il n’est pas facile de trouver ses clients et de gagner leur confiance quand on travaille en freelance. De plus, il n’est pas toujours sain de se déplacer chez le patient. Servir ses patients à domicile peut s’avérer risqué pour les infirmières et les aides-soignantes. En outre, certains métiers nécessitent un type de matériel bien précis. Pour les kinésithérapeutes, les appareils à ultrason et les lampes chauffantes à infrarouge sont indispensables pour une séance de kiné réussie.

4.       Contrat vacataire

Il est vrai qu’on n’est pas tout à fait libre quand on travaille en vacation, mais c’est relativement confortable. Le contrat vacataire donne à la personne une marge de liberté et propose un horaire plus flexible et plus apaisé. Pour ce type de contrat, consultez les cliniques de votre ville. Vous pouvez obtenir leur contact à l’aide de leur numéro siret. En signant un contrat vacataire, vous pouvez exercer d’autres activités en parallèle. Vous pouvez même monter votre propre structure en même temps que vous travaillez dans une clinique.

5.      La formation

A partir d’un certain niveau d’études et après quelques années d’expérience, vous pouvez penser à former le personnel du domaine.