Sélectionner une page

L’Indice de masse corporelle a été inventé en 1840 par Adolphe Quetelet, scientifique belge qui inventa également la statistique moderne. L’indice de masse corporelle (IMC) (ou indice de Quetelet) est une mesure du poids d’une personne par rapport à sa taille. Toutefois, il s’agit plus d’un simple indicateur que d’une mesure précise de la graisse corporelle du sujet. Ainsi, plus l’indice IMC est important, plus la graisse corporelle de la personne est conséquente. En d’autres termes, l’indice de masse corporelle vous permet de savoir si votre poids est idéal pour votre taille. Bien souvent utilisé par les nutritionnistes, il permet en quelques secondes de diagnostiquer une obésité ou au contraire une dénutrition.

Comment calculer l’IMC ?

L’OMS propose une formule mathématique simple et rapide pour calculer l’IMC. Cette formule peut être ensuite convertie en tableaux dans lesquels on peut faire correspondre la taille en centimètres au poids en kilogrammes pour estimer l’indice de masse. Par ailleurs, des calculatrices pratiques, accessibles depuis Internet, permettent également de calculer l’IMC. La formule est la suivante : IMC = (poids en kilogrammes) divisé par (taille en centimètres). Selon toujours l’OMS, un indice IMC normal se trouve entre 18,5 et 24,9, indiquant alors que la personne se situe dans l’intervalle de poids normal pour sa taille.

Attention, cette formule de calcul de l’IMC a ses propres limites : il ne peut pas s’appliquer sur les femmes enceintes, les personnes âgées et les plus jeunes enfants. D’autant qu’il suffit d’une déshydratation notable pour faire diminuer l’indice alors que les œdèmes l’augmentent considérablement. Enfin, l’autre problème, c’est que l’IMC ne permet pas de savoir où se situe la masse grasse, c’est-à-dire le gras nocif pour la santé. De ce fait, un sujet très musclé peut voir son indice IMC pointer vers 22 ou 23 alors qu’il n’est pas obèse ni en surpoids.

Tableau IMC

L’IMC et son utilité clinique

L’IMC est un indicateur de la graisse corporelle chez de nombreux individus. De ce fait, les médecins le prennent pour un indice de risque plus ou moins fiable pour la santé. De plus en plus de professionnels de santé utilisent donc l’IMC pour dépister le surpoids et l’obésité, ainsi que pour évaluer leurs risques potentiels sur la santé. Suivre son poids avec une balance connectée ou un plus traditionnel pèse-personne, comme ceux présentés sur cette page, permet donc de mieux contrôler sa santé en procédant au calcul régulier de l’IMC.

Un IMC élevé peut aider le professionnel de santé à diagnostiquer :

  • un taux de cholestérol élevé dans le sang (ou d’autres troubles lipidiques),
  • un diabète de type de 2,
  • une maladie cardiaque,
  • un accident vasculaire cérébral,
  • une hypertension artérielle,
  • certains cancers,
  • une maladie de la vésicule biliaire,
  • une apnée du sommeil,
  • une arthrose ou une maladie des articulations.

Une fois muni de l’indice IMC, le médecin pourra se renseigner sur les antécédents médicaux, l’âge, le sexe et d’autres paramètres médicaux ou socio-psychologiques particuliers afin de diagnostiquer la présence des pathologies ou d’évaluer les risques pour la santé.