Sélectionner une page

Ignatia amara est un remède homéopathique couramment prescrit pour le traitement de troubles nerveux. Il est recommandé lorsque le patient est très actif ou manifeste du chagrin ou de la colère. Plusieurs symptômes liés aux troubles nerveux sont également soulagés par Ignatia Amara. Il s’agit, entre autres, de troubles menstruelles, de migraine, de maux de tête, d’asthme et de maux d’estomac.

Quelle est l’origine d’Ignatia ?

Origine botanique

Ignatia amara est fabriqué à partir de Strychnos Ignatii, un arbuste de la famille des Loganiacés. Cet arbuste pousse en Europe et sur bien d’autres continents. Il est très répandu dans les zones tropicales, notamment aux Phillipines, au Vietnam, en Thaïlande, en Chine, en Inde, en Indonésie et en Malaisie.

Ignatia
Strychnos Ignatii est un arbuste origine de l’Asie du Sud La teinture mère obtenue à partir des graines de ses fruits sert à l’élaboration du remède homéopathique Ignatia amara.

Très amers, les fruits de Strychnos Ignatii ont la taille du citron et une coque bien dure. Leur pulpe peut contenir jusqu’à quarante graines très dures, recouvertes de poils. Dénommées fèves de Saint Ignace, ces graines contiennent de puissantes neurotoxines, la strychnine et la brucine, comme ingrédients essentiels, ainsi que de la loganine et de l’acide caféique. Les graines séchées de la plante sont transformées en une teinture. C’est à partir de cette teinture mère que les homéopathes élaborent le remède Ignatia amara.

Origine de sa dénomination

Ignatia amara doit son nom au prêtre espagnol Ignatius Loyola (1491- 1556) qui fut très contrarié par une sévère fracture du genou. Willibald Gawlik, vieux maître de l’homéopathie, précise qu’Ignatius Loyola était un bel homme aimant les plaisirs mondains et un brave officier militaire gravement blessé en 1521 alors qu’il défendait la ville de Pampelune. Très contrarié parce que définitivement handicapé, il a tenté de se suicider puis choisi de s’engager dans la religion.

Ignatius Loyola se mit alors à la disposition du pape et étudia la théologie et la philosophie à Barcelone, Alcala, Paris et Venise. C’est lui le fondateur et le patron de l’Odre des jésuites. Les jésuites apportèrent les semences de la plante en Europe au XVIIe siècle et les ont administrées pour soigner les maladies du foie, les maux d’estomac, les convulsions, ainsi que les maladies de l’intestin et de la rate. L’histoire retient aussi que Strychnos Ignatii a longtemps servi dans la médecine chinoise. Mais actuellement, le traitement homéopathique s’avère la seule utilisation médicale de la plante du fait de sa grande toxicité.

Toxicité

La strychnine agit en tant que bloqueur au niveau du récepteur de la glycine. La glycine est un acide aminé neutre présent dans tous les tissus de l’organisme et qui, au niveau du cerveau et de la moelle épinière, tient un rôle de neurotransmetteur ou de neuromodulateur. Cet antagoniste de la glycine qu’est la strychnine est contestée dans la médecine moderne (et n’y est plus utilisé) mais peut toujours provoquer une intoxication puisqu’il est employé comme taupicide.

Une telle intoxication peut se traduire par une hypertonie musculaire, une hyper-réflectivité et une hyperréactivité au stimuli. Les symptômes d’une intoxication légère à la strychnine comprennent :

  • Les vertiges ;
  • Les vomissements :
  • La nausée ;
  • Les contractions musculaires ;
  • Les spasmes musculaires involontaires ;
  • La bave ;
  • Les délires.

L’antidote est une une benzodiazépine telle que Diazépam qui diminue l’excitabilité en agissant sur les récepteurs GABA et non glycine.

La brucine, second alcaloïde présent dans chaque fève de Saint Ignace, reproduit presque tous les effets de l’intoxication à la strychnine mais s’avère moins toxique.

Animal
La strychnine contenue dans les granules et globules d’Ignatia amara n’est plus toxique. Par contre, il faut veiller à ne pas s’intoxiquer en manipulant les taupicides qui en contiennent.

Pourquoi l’homéopathie utilise des substances si toxiques pour « soigner » des maux ?

La toxicité d’une substance n’empêche pas son usage comme remède ou cosmétique. Un exemple intéressant est celui de la toxine botulique qui s’avère la substance la plus toxique au monde. Sa dose létale médiane (DL50), qui correspond à la dose pour laquelle la moitié des sujets étudiés ont trouvé la mort, se situe entre 0,4 et 1,2 ng/kg ; ce qui est énormément ( au moins 1 000 000 de fois) plus faible, en comparaison avec la DL50 de la strychnine qui oscille entre 1 et 2 mg /kg. Malgré sa toxicité hautement exponentielle, la toxine botulique intègre la formulation de l’Oculinum ou du moins celle du Botox, une fois purifiée et suffisamment diluée. En raison de son fulgurant succès, le Botox est plébiscité, de la France aux Etats-Unis, aussi bien par les femmes que par la gent masculine. 

En se fondant sur le principe de la similitude, l’homéopathie procède par dilutions infinitésimales et par dynamisations (un grand nombre de secousses en quelques secondes) pour fabriquer des remèdes très efficaces à partir de substances initialement toxiques. Ignatia amara est mis au point par ce procédé propre à l’homéopathie. Le principe de la similitude signifie qu’une substance est capable de soigner efficacement des symptômes chez un individu malade, si elle peut les induire ou les renforcer chez un individu sain.

Quel est le profil du patient type d’Ignatia amara ?

Qu’est-ce qui caractérise le type Ignatia ?

Le remède Ignatia amara est couramment utilisée chez les femmes et chez les hommes. Mais même chez les hommes, le remède homéopathique a un effet positif.

Le patient type Ignatia est d’un esprit vif, une exécution rapide et une humeur extrêmement variable. Il est ambitieux, précis, consciencieux, très soigné et exige beaucoup de lui-même et des autres. Il s’agit d’une personne cultivée, sensible et nerveuse avec ses idées et ses désirs. Cependant, il est en conflit entre la réalité sociale externe d’une part et l’aspect interne, romantique et sentimental de l’autre. Les conflits qui en résultent sont difficiles à concilier et sont façonnés par le paradoxe, les changements rapides et une sensibilité exagérée.

Le patient type Ignatia est romantiques et s’avère idéaliste dans tout ce qu’il pense et fait. Il croit que l’amour peut changer les gens mais est ensuite déçu quand les autres retombent dans leurs vieux comportements. Il est très sensible émotionnellement et est souvent en proie à la léthargie, au chagrin et à la détresse. Ignatia est également utile pour les personnes désillusionnées qui sont piégées dans une impasse d’émotions et qui sont en conflit avec les exigences de la réalité.

Bébé et enfant Ignatia

Un enfant qui a besoin d’Ignatia n’exprime pas ses sentiments au début et ne résiste pas lorsqu’il est blessé. Au lieu de cela, il manifeste colère, tristesse et peur, se retire et prétend que tout va bien. À un moment donné, l’enfant typique d’Ignatia fait une poussée hystérique. Bien que ces enfants puissent être très mécontents, leurs accès de colère ne durent pas longtemps et les comportements violents ne sont pas leur apanage. Bien souvent, les enfants ont des sautes d’humeur.

Les bébés Ignatia sont souvent nerveux, agités et apeurés. Pendant la journée, ils peuvent difficilement se calmer après un bruit fort. La nuit, ils se réveillent au moindre bruit. Il est aussi conseillé d’essayer l’effet Ignatia chez les enfants, par exemple, contre la toux qui dure longtemps, et les troubles liés à la dentition. Aussi, si un enfant devient hyperactif après la naissance d’une petite soeur ou d’un petit frère, ce remède homéopathique peut être utile.

Fillette
Ignatia amara convient à tout le monde y compris les bébés et les enfants de bas âge.

Quand les homéopathes prescrivent-ils Ignatia amara ?

Le remède est efficace pour soulager la douleur causée par un événement tragique majeur. Ignatia est également un formidable traitement des conséquences d’un choc émotionnel pour les personnes ayant été témoins ou proches de la mort et qui se renferment sur eux-mêmes en pensant que tout est perdu. Ces déceptions conduisent souvent à l’amertume et au durcissement.

En outre, Ignatia fonctionne également très bien pour soulager le stress émotionnel résultant de la colère, de la contrariété, de la douleur et de la dépression nerveuse consécutiver à un stress prolongé.

Ignatia est l’un des remèdes homéopathiques les plus efficaces contre les troubles résultant d’une crise émotionnelle. Les symptômes peuvent se manifester sur le plan psychologique ou physique. Chaque fois qu’il est possible d’établir un lien entre une maladie et un état mental exceptionnel, il faut envisager l’usage d’Ignatia. En outre, Ignatia est également efficace pour certains troubles purement physiques.

Les troublent suivants suggèrent l’usage d’Ignatia :

  • Anxiété, chagrin et dépression ;
  • Contractions musculaires du visage ;
  • Pleurs et sanglots convulsifs ;
  • Crampes abdominales et hoquet ;
  • Bâillements convulsifs ;
  • Douleur aiguë dans le rectum ;
  • Sensation de nodule dans la gorge, la poitrine, l’estomac ou l’intestin.

Principaux symptômes contre lesquels Ignatia est efficace 

Les symptômes directeurs sont les suivants :

  • Neuropathie, hypersensibilité et faiblesse marquée au niveau de l’estomac (plexus Solaris) avec flatulence ;
  • Femmes et enfants nerveux, hystériques et enclins aux convulsions ;
  • Humeur changeante, généralement pleine de contradictions ;
  • Conséquences de frayeur, de déception amoureuse, de jalousie ou de chagrin.

Les symptômes paradoxaux :

  • De la nausée qui s’améliore en mangeant ;
  • Un mal de dent qui s’apaise au moment où l’on mange ;
  • Soulagé une fois allongé sur le côté douloureux ;
  • Maux de tête qui s’apaise lorsqu’on se penche.

Les situations, maladies et affections typiques qui répondent bien à Ignatia sont les suivantes :

  • Asthme ;
  • Crampes musculaires ;
  • Hémorroïdes ;
  • Maux de gorge ;
  • Migraine ;
  • Toux irritante ;
  • Fureur ;
  • Humeur dépressive ;
  • Tristesse ;
  • Troubles menstruels ;
  • Troubles du sommeil ;

Comment Ignatia amara est-il utilisé ?  

Formes galéniques disponibles

En homéopathie, on dénombre plusieurs formes pharmaceutiques. Il existe des suppositoires, de ampoules buvables et en gouttes qui sont des solutions hydro-alcooliques. Les formes les plus répandus et employés en automédication sont les doses globules et les granules. La prescription d’un médicament homéopathique est réservée uniquement au médecin. Toutefois, certains remèdes sont disponible en automédication car en vente libre au comptoir des pharmacies.

remède homéopathique
Ignatia est disponible en granules, en doses globules et sous bien d’autres formes galéniques.

Quelques troubles de la santé traités avec Ignatia amara

Maladies liées au stress

Les troubles dues aux stress sont légion. Ils vont du mal de tête et de la migraine à l’aggravation de l’asthme allergique et au bronchospasme. Des spécialistes y incluent aussi :

  • Hypertension artérielle spasmodique ;
  • Lombalgie, cervicalgie (contractures musculaires) ;
  • Ulcère gastroduodénal, gastrite ;
  • Rectocolite hémorragie, colopathie.

Toutes les dilutions allant de 10 DH à 18DH ou de 5 CH à 30 CH peuvent servir à traiter ces maux. Le choix se fait pour chaque cas et suivant la gravité des symptômes. Il faut en prendre une dose par semaine ou trois granules par jour jusqu’à la fin des symptômes. La prise du remède soit être renouvelée lorsqu’une crise survient.

Neurotonie

La neurotonie correspond à un dérèglement du système nerveux autonome qui régule le fonctionnement des organes. Il s’agit d’un syndrome fonctionnel dû à une contrariété dans la vie sociale. La neurotonie occasionne des réactions de stress qui se traduisent entre autres par une nervosité sans cause immédiate, une tension musculaire permanente sur fond d’anxiété, une tachycardie émotionnelle, des spasmes coliques,  des douleurs abdominales et une sensation de ballonnement dues à l’aérophagie, de la dyspnée et des toux spasmodiques.

La neurotonie peut être traitée avec Ignatia amara en dilution basse ou moyenne (allant de 5 CH à 9 CH ou de 10 DH à 18 DH). Il faut en prendre 3 granules le matin, 20 à 30 minutes après le petit-déjeuner) et ce, pendant un mois.  Si nécessaire, la prise peut être répétée plusieurs fois dans une journée.  

Syndrome d’hyperventilation pulmonaire ou spasmophilie

Un symptôme très connu de la spasmophilie est le spasme de sanglots qui est une pause respiratoire intervenant au cours d’une crise de pleurs de douleur, de colère ou de peur chez l’enfant. Parfois, l’enfant peut perdre connaissance et/ou convulser.

La spasmophilie ou syndrome d’hyperventilation pulmonaire est une hypersensibilité aux émotions et ne se résume pas au spasme de sanglots. Elle atteint aussi bien les femmes que les hommes et se manifeste par divers autres symptômes. Il s’agit par exemple de :

  • Difficulté respiratoire, ;
  • Respiration sifflante ;
  • Soupirs fréquents ;
  • Reniflements ;
  • Bâillements ;
  • Toux ;
  • Sensation de nodule dans la gorge,
  • Raclements de la gorge ;

Les médecins parviennent à diagnostiquer le syndrome d’hyperventilation pulmonaire (souvent associé à l’asthme) en utilisant un questionnaire spécifique.

Ce syndrome peut se traiter en 3 mois avec les moyennes ou les hautes dilutions d’Ignatia amara à raison de 3 granules le matin. Il faut également prendre 3 granules de la même dilution dès qu’une crise débute.  

Troubles du sommeil

Ignatia s’avère utile lorsque l’enfant baille et soupire sans pouvoir s’endormir ou que l’adulte a du mal à dormir à cause de crampes abdominales ou d’une sensation de nœud à l’estomac ou de nodule dans la gorge. Pour traiter ces troubles  du sommeil, il faut prendre 5 granules d’Ignatia 14DH à 18DH ou 7CH à 9CH à l’jeure de se coucher.    

Dépression réactionnelle

Il s’agit d’un trouble mental qui se traduit par une impression soudaine que tout est perdu ou que tout ce qui avait un sens n’en a plus désormais. La dépression réactionnelle dure plus de 3 mois, nécessite une prise en charge et peut arriver à tout le monde et à tout moment de la vie lorsque survient un deuil, un accident, un choc affectif ou une déception amoureuse.

La dépression réactionnelle se manifeste entre autres par :

  • La diminution de l’attention ;
  • Des difficultés à se concentrer ;
  • Une intense fatigue permanente ;
  • Un sommeil refuge ou au contraire un trouble du sommeil ;
  • Des idées et des attitudes suicidaires.

Pour traiter la dépression réactionnelle, il faut prendre une à deux doses par semaine d’Ignatia amara 15 CH ou 30 CH pendant 3 mois.

Pour prévenir la dépression réactionnelle, il faut, lorsque le choc est récent, prendre ignatia amara en suivant la technique des « doses en échelle » :

  • 1er jour : une dose en 9 CH ;
  • 2e jour : une dose en 12 CH ;
  • 3e jour : une dose en 15 CH ;
  • 4e jour : une dose en 30 CH.

Trac

Le trac se traduit par une appréhension, une anxiété, une panique voire une peur de se présenter devant un public en s’imaginant en être le point focal durant un laps de temps. Le concerné a l’impression d’avoir une oppression respiratoire ou un nodule dans la gorge.

Pour prévenir le trac, il est conseillé de prendre une dose quotidienne d’Ignatia amara 14DH à 18DH ou 7CH à 9 CH jusqu’au jour de l’événement si celui-ci a lieu dans une semaine au plus. Si l’événement est prévu se dérouler dans plus d’une semaine, il faut prendre 3 granules par jour.

Bouffées de chaleur

Les bouffées de chaleur aggravées par l’émotion peut se traiter au moyen de 3 granules d’Ignatia amara 18 DH ou 9 CH au quotidien pendant 3 mois, suivis de 3 granules d’Ignatia amara 10 DH ou 5 CH pendant les mois qui suivent, et ce, jusqu’à l’arrêt des symptômes.

Grignotage infantile

Lortsque l’enfant grignote par ennui, il faut lui administrer 3 fois par jour 2 granules d’Ignatia 14 DH  ou 7 CH.

Grignotage
Avec Ignatia, il est possible de remédier au grignotage pour cause d’ennui chez l’enfant

Conseils d’usage

Le mode d’emploi standard des granules homéopathiques consiste à les déposer sous la langue (sans les toucher avec la main) et de les y laisser fondre. Il faut préciser qu’il ne s’agit pas d’une obligation. Le remède reste efficace en le buvant dilué dans un peu d’eau ou même en l’avalant avec de l’eau tel un comprimé.

Il n’est pas nécessaire de prendre les produits homéopathiques à des heures fixes. Il importe plutôt d’en respecter strictement la posologie en prenant soin d’espacer (20 à 30 minutes) les prises des moments de brossage ou de consommation de produits tels que la menthe, le thé et le café.  

Sources :

  • http://www.similasan.swiss/fr/medicaments_naturels/qu_est_ce-que_l_homeopathie/principe_de_la_similitude.html
  • https://www.futura-sciences.com/sciences/questions-reponses/chimie-poison-substance-plus-toxique-monde-6129/
  • https://www.universalis.fr/encyclopedie/strychnine/
  • http://www.doctissimo.fr/sante/homeopathie/souches-homeopathiques/ignatia-amara
  • http://www.stuartxchange.org/Katbalonga.html
  • https://www.dr-laurenthalimi.com/fr/actualites/article/les-hommes-et-le-botox-r
  • http://www.mamanwhatelse.com/2016/09/au-pays-de-la-granule-et-du-globule.html