Sélectionner une page

La maladie cœliaque est une réaction excessive du système immunitaire au gluten, une protéine présente dans le blé, l’avoine, l’orge, le seigle et leurs dérivés. Les principaux symptômes de la maladie sont les douleurs abdominales, la diarrhée et les flatulences. La maladie cœliaque est une maladie auto-immune chronique qui affecte l’intestin grêle des adultes et des enfants génétiquement prédisposés. La maladie provoque une atrophie de la muqueuse intestinale, ce qui entraîne une absorption réduite des nutriments, des minéraux et de l’eau. Intéressons-nous de près aux symptômes, au diagnostic et au traitement de cette affection particulièrement incommodante.

Qu’est-ce que la maladie cœliaque ?

La maladie cœliaque est une maladie auto-immune chronique de l’intestin grêle. Elle est causée par une réaction au gluten chez les personnes ayant des prédispositions génétique. Les symptômes classiques incluent des problèmes gastro-intestinaux tels que la diarrhée chronique, les ballonnements, la malabsorption intestinale et la perte d’appétit. 

Bébé dans sa poussette
L’introduction précoce ou tardif des céréales dans l’alimentation du bébé, peut favoriser l’apparition de la maladie cœliaque qui est causé par une réaction immunitaire au gluten. Selon les chercheurs, le bon moment pour commencer à donner des céréales aux enfants est entre 4 et 6 mois d’âge.

Chez les enfants, il peut y avoir un retard de croissance, qui commence généralement entre six mois et deux ans. Les symptômes non classiques sont plus fréquents, en particulier chez les personnes âgées de plus de deux ans. Le patient peut manifester très peu de symptômes gastro-intestinaux, voire pas du tout.

Bien que la maladie cœliaque soit généralement diagnostiquée pendant l’enfance, elle peut apparaître à tout âge. La maladie est associée à d’autres maladies auto-immunes telles que le diabète sucré de type 1, entre autres.

La maladie cœliaque est différente de la sensibilité au gluten ou de l’intolérance au blé. Si nous avons une sensibilité au gluten, nous pouvons présenter des symptômes similaires à ceux de la maladie cœliaque, tels que douleurs abdominales et fatigue. Contrairement à la maladie cœliaque, la sensibilité au gluten n’endommage pas l’intestin grêle.

Des études réalisées dans certaines régions d’Europe, d’Amérique du Sud, d’Australasie et des États-Unis indiquent que le pourcentage de personnes atteintes de la maladie pourrait se situer entre 0,18 et 1,2%. % chez les adultes et entre 0,33 et 1,06% chez les enfants.

Quelle est la cause de la maladie cœliaque ?

Le développement de la maladie dépend d’une interaction de facteurs génétiques, immunologiques et environnementaux. La maladie cœliaque survient lorsque des cellules de défense immunitaire attaquent les cellules du corps, provoquant un processus inflammatoire. C’est une inflammation causée par le gluten, un ensemble de protéines contenues dans la farine de différentes céréales, comme le blé, l’avoine, l’orge, le seigle, l’épeautre, le kamut et le triticale.

La maladie cœliaque est une maladie auto-immune. Au cours de cette affection, les cellules de défense immunitaire attaquent les cellules du corps, provoquant ainsi un processus inflammatoire. Ce processus inflammatoire, qui se produit dans la paroi interne de l’intestin grêle, entraîne une atrophie des villosités intestinales, ce qui conduit à une diminution de l’absorption des nutriments.

La maladie apparaît chez des individus génétiquement prédisposés. Sa base héréditaire la plus connue est liée au système HLA (antigène leucocytaire d’histocompatibilité) de classe II et ses marqueurs les plus courants sont le HLA-DQ2 (85 à 95% des cas) et le HLA-DQ8 (5 à 10% des cas).

Outre le gluten, l’allaitement maternel est l’un des facteurs environnementaux pouvant jouer un certain rôle dans le déclenchement et/ou l’apparition de la maladie cœliaque. Certaines circonstances peuvent être à l’origine de l’apparition de la maladie, telles qu’une infection intestinale, une chirurgie abdominale, une grossesse, un changement de régime alimentaire, des voyages à l’étranger, etc.

La maladie cœliaque peut toucher n’importe qui. Cependant, elle a tendance à être plus fréquente chez les personnes qui souffrent de :

  • thyroïdite auto-immune
  • diabète de type 1
  • syndrome de Down
  • syndrome de Turner
  • colite microscopique
  • maladie d’Addison
  • polyarthrite rhumatoïde

Le risque de contracter la maladie cœliaque est aussi élevé lorsqu’un membre de la famille en souffre déjà ou est atteint de dermatite herpétiforme.

Paroi interne de l'intestin grêle
Un dysfonctionnement amène les cellules immunitaires à s’attaquer à d’autres cellules du corps, plutôt qu’aux nusibles. Cela provoque une inflammation de la paroi interne de l’intestin grêle. Il s’en suit un phénomène de malabsorption du fait de l’atrophie des villosités intestinales.

Quels sont les symptômes de la maladie ?

Les symptômes les plus fréquents sont les suivants: 

  • perte de poids
  • perte d’appétit
  • fatigue
  • nausée
  • vomissements
  • diarrhée
  • ballonnements
  • perte de masse musculaire
  • retard de croissance
  • modifications du caractère (irritabilité, apathie, introversion, tristesse)
  • douleurs abdominales
  • météorisme
  • anémie ferriprive résistante au traitement

Les manifestations cliniques de la maladie cœliaque sont très différentes, en fonction de l’âge de présentation de la maladie et d’autres facteurs exogènes. Les cas de présentation classique de la maladie, qui incluent les manifestations d’un syndrome de malabsorption sévère et de signes de malnutrition, sont actuellement exceptionnels, en particulier chez les enfants de plus de 2 ans et les adultes. 

La maladie peut faire ses débuts chez le nourrisson au cours des six premiers mois de sa vie, probablement à cause d’une exposition aux niveaux de gliadine non dégradée présents dans le lait maternel. Il est plus courant qu’elle se manifeste plus clairement après l’âge de 6 mois, lorsque les bébés commencent à prendre de la bouillie à base de farine de blé. 

Chez les enfants, elle apparaît généralement avant 2 ans. Elle survient généralement sous la forme d’une intolérance alimentaire accompagnée de nausées et de vomissements récurrents. Ces symptômes sont généralement accompagnés d’une diarrhée chronique, d’une distension abdominale, d’une perte de poids et d’un retard de croissance.

Chez l’adulte, la maladie cœliaque se produit 2 à 3 fois plus fréquemment chez la femme que chez l’homme, comme c’est le cas dans la plupart des maladies auto-immunes. En outre, l’anémie ferriprive et l’ostéoporose sont des processus fréquemment associés à la maladie cœliaque, en particulier chez les femmes.

Comment se fait le diagnostic de la maladie ?

Le diagnostic de la maladie cœliaque est compliqué car un bon nombre de ses symptômes sont communs à d’autres maladies liées au système digestif.

La grande variabilité de la symptomatologie rend difficile la précocité du diagnostic. Le diagnostic repose sur la présence de plusieurs symptômes liés à une atteinte intestinale ou à l’un des organes ou systèmes associés. Il est également basé sur la détermination de marqueurs sérologiques et génétiques, de résultats de biopsie intestinale et de la réponse au régime sans gluten.

Les analyses sanguines constituent la première ligne pour poser un diagnostic de la maladie cœliaque. La sensibilité des tests sanguins est fortement corrélée à la sévérité des lésions histologiques. Les personnes présentant des lésions mineures de l’intestin grêle peuvent présenter des résultats négatifs si bien que de nombreux patients atteints de la maladie cœliaque n’ont pas un diagnostic positif. Les tests d’anticorps peuvent être combinés aux tests HLA si le diagnostic n’est pas clair. Les tests TGA et EMA sont les tests d’anticorps sériques les plus sensibles.

Une endoscopie et une biopsie du duodénum ou du jéjunum peut être réalisée pour y voir plus clair. Cependant, toutes les zones peuvent ne pas être touchées de la même manière. Lors du diagnostic, des examens supplémentaires peuvent être effectués pour identifier les complications, telles que la carence en fer, la carence en acide folique et en vitamine B12 et l’hypocalcémie. Des tests de la fonction thyroïdienne peuvent être requis lors des tests sanguins pour identifier l’hypothyroïdie, qui est plus fréquente chez les personnes atteintes de la maladie cœliaque.

Bien que les tests d’anticorps sanguins, les biopsies et les tests génétiques fournissent généralement un diagnostic clair, occasionnellement, la réponse à un régime sans gluten est nécessaire pour étayer le diagnostic.

Quels sont les traitements de la maladie ?

Il n’y a pas de traitement ni de procédures spécifiques pour traiter la maladie cœliaque. Le seul moyen de se débarrasser des troubles intestinaux et d’éviter les complications est d’éliminer tous les produits à base de gluten du menu. La liste des aliments à éviter est longue. Pain, pâtes, pizzas et pâtisseries devraient sortir du menu. Certains produits contiennent du gluten et peu de gens le savent. Ceux-ci incluent les sauces prêtes à l’emploi, les soupes instantanées, le chocolat en poudre et même la bière.

Alimentation sans gluten
Pour traiter la maladie cœliaque, il importe d’éliminer le gluten de son alimentation.

La plupart des aliments naturels (non transformés) que nous consommons quotidiennement ne contiennent pas de gluten. Ainsi, nous pouvons adopter un régime sans gluten tout en ayant une alimentation riche et variée. Le principal changement consiste à remplacer la farine de blé habituelle par de la farine de maïs.

Il faut aussi bien éviter un contact direct avec le gluten, que la contamination dite croisée. La contamination croisée est la possibilité que des aliments sans gluten entrent en contact avec du gluten à un moment donné, ce qui les rendrait impropres à la consommation.

D’autre part, une grande partie des aliments transformés contiennent du gluten en tant qu’additif, sous forme de contamination croisée ou même de falsification. D’autres sources de gluten peuvent être insoupçonnables. Ceux-ci comprennent les :

  • produits pharmaceutiques
  • gargarismes et bains de bouche
  • suppléments de vitamines et de minéraux
  • produits à base d’herbes médicinales
  • compléments alimentaires
  • rouges à lèvres
  • pâtes à modeler

Ces produits peuvent être la cause d’une contamination accidentelle par du gluten, car ils peuvent atteindre la bouche directement ou indirectement.

Il est fréquent que les symptômes ne s’améliorent pas ou s’aggravent chez certains patients, en particulier chez les enfants plus âgés, les adolescents et les adultes qui présentent de longs délais de diagnostic. Ce phénomène s’explique par la récupération progressive du tube digestif, auparavant engourdi par l’effet anesthésique du gluten.