Sélectionner une page

La maladie de Basedow est une affection auto-immune d’origine génétique. Elle est marquée par une production d’anticorps dirigés contre la thyroïde, avec pour conséquence, une surproduction d’hormones thyroïdiennes. On observe un accroissement de la taille de la glande et une augmentation du taux d’hormones thyroïdiennes dans l’organisme (hyperthyroïdie).

La maladie de Basedow doit son nom au médecin Allemand Karl von Basedow. Elle se distingue des autres formes d’hyperthyroïdie par l’alternance des phases de poussées et de remissions qui surviennent de façon imprévisible. Cette maladie affecte plus fréquemment les femmes que les hommes avec bien d’autres symptômes spécifiques contre lesquels il existe plusieurs types de traitements.

Comment effectue-t-on le diagnostic de la maladie de Basedow ? 

La maladie de Basedow est une pathologie auto-immune caractérisée par des signes d’hyperthyroïdie et d’exophtalmie. Ainsi, les signes cliniques de la maladie permettent d’effectuer le diagnostic. Il s’agit également d’une pathologie liée à la présence d’anticorps TSH (thyroid stimulating hormon) ou hormone thyréostimulante. De ce fait, des examens de biologie sont susceptibles d’aider au diagnostic de la maladie de Basedow, tout comme les examens complémentaires qui permettent d’explorer les fonctions thyroïdiennes.

Maladie de Basedow
Si les examens cliniques ne sont pas probants, le diagnostic de la maladie de Basedow peut nécessiter le recours à l’imagerie médicale.

Examens cliniques 

Les informations recueillies lors de l’interrogation et les observations de l’examen clinique s’avèrent importantes pour le diagnostic. En effet, il est possible d’établir un diagnostic clinique et visuel au regard des manifestations cliniques de la maladie et après avoir examiné la glande thyroïdienne.

A l’œil nu, nous pouvons observer un goitre (gonflement important de la thyroïde). Sinon lors de la palpation du cou, nous pouvons découvrir une augmentation du volume de la thyroïdien (palpation d’un goitre avec la présence ou non de nodules). 

Aussi, les symptômes ressentis par le patient permettent d’évoquer un diagnostic. Cela d’autant plus que la maladie de Basedow est confirmée en cas de signes d’hyperthyroïdie, d’exophtalmie unie ou bilatérale, de goitre diffus. En présence de ces signes évocateurs, l’interrogatoire et l’examen clinique sont susceptibles de confirmer le diagnostic. Ainsi, le tableau clinique nous permet d’effectuer le diagnostic.

Examens de biologie 

Le diagnostic biologique de la maladie de Basedow peut être réalisé par le biais d’une prise de sang qui vise à doser les hormones thyroïdiennes et à mettre en évidence la présence d’anticorps. En effet, ces examens de biologie peuvent s’avérer nécessaires lorsque l’hyperthyroïdie est suspectée chez la femme enceinte ou lorsque l’origine de l’hyperthyroïdie n’est pas clairement définie.

Le dosage sanguin des hormones thyroïdiennes

Il est effectué par le biais d’une prise de sang en vue d’analyser le taux de la TSH (hyroid Stimulating Hormon ou thyréostimuline) dans le sang ainsi que les hormones T3 (triiodothyronine) et T4 (thyroxine). Ces hormones thyroïdiennes sont sous le contrôle d’une hormone (sécrétée par l’hypophyse qui est située dans le cerveau) appelée la thyréostimuline hypophysaire. Une prise de sang associée à des dosages sanguins des hormones thyroïdiennes va nous permet de mesurer la concentration d’hormones circulantes.

En cas d’hyperthyroïdie, le taux de TSH est fortement diminué ou anormalement bas et les taux de T3/T4 sont anormalement élevés. Ainsi, les hormones thyroïdiennes sont dosées pour diagnostiquer un dysfonctionnement de la thyroïde. Le diagnostic de la maladie de Basedow est ensuite confirmé lorsque la mesure des hormones thyroïdiennes détecte des taux de T3 et T4 sanguins particulièrement élevés. La maladie de Basedow est donc un syndrome clinique caractérisé par une élévation de la concentration des hormones thyroïdiennes.

La détection d’anticorps

La maladie de Basedow est une pathologie auto-immune. Elle est provoquée par un anticorps anti-récepteur à la TSH, appelé TRAK. Le TRAK (anticorps anti-récepteurs à la thyréostimuline) stimule, de façon indirecte, une forte production d’hormones thyroïdiennes. Ainsi, une recherche spécifique de cet anticorps est envisagée pour rechercher les causes de l’hyperthyroïdie et pour dépister la maladie de Basedow.

Les examens complémentaires 

En fonction de l’aspect clinique de la maladie de Basedow ou en l’absence de signes cliniques tels que le goitre ou l’exophtalmie, des examens complémentaires peuvent être réalisés, notamment une scintigraphie thyroïdienne et une échographie. 

La scintigraphie est envisagée dans le cadre de la recherche de la cause de la maladie de Basedow lorsque les manifestations cliniques sont absentes. Aussi, elle contribue au diagnostic.

L’échographie s’inscrit dans le cadre de la recherche de l’origine de la maladie de Basedow, tout en permettant de la différencier des autres formes d’hyperthyroïdie. Elle nous permet de confirmer le diagnostic.  

Quels sont les symptômes de la maladie de Basedow ?

Caractérisée par des périodes cycliques de poussées et de rémissions de durée imprévisible, la maladie de Basedow se manifeste par des signes d’hyperthyroïdie et des signes bien spécifiques de la maladie.

troubles thyroïdiens
Le goitre est un signe spécifique d’hyperthyroïdie, et de la maladie Basedow.

Signes d’hyperthyroïdie

La maladie de Basedow est une forme courante d’hyperthyroïdie qui est un syndrome associé à un ensemble de troubles associés à un excès d’hormones thyroïdiennes. Elle est manifeste alors par des symptômes d’hyperthyroïdie qui varient selon le degré de sévérité de la maladie. 

Signes généraux

De façon générale, les signes cliniques sont caractérisés par un amaigrissement rapide et important, avec une perte de poids de plusieurs kilogrammes en quelques semaines. Il s’agit d’un amaigrissement associé à une polyphagie, une faim excessive avec une absence de sensation de satiété. De façon paradoxale, l’appétit est donc conservé ; il y a, donc, une perte de poids malgré un appétit accru.

Au niveau du corps tout entier, le sujet ressent une fatigue et une faiblesse musculaire. Il est affecté par les troubles suivants :

  • intolérance à la chaleur (la chaleur apparaît comme insupportable),
  • transpiration excessive,
  • aménorrhée chez la femme,
  • asthénie sexuelle et/ou impuissance chez l’homme.

Signes cardio-vasculaires

Le système cardio-vasculaire est également atteint avec une fréquence cardiaque élevée. Il y a donc une augmentation de la fréquence cardiaque qui, de façon permanente, devient rapide (le pouls est fréquemment supérieur à cent battements par minute au repos). Aussi, le patient est affecté par une élévation de la tension artérielle et par un éréthisme cardio-vasculaire qui se manifeste par des palpitations, des souffles artériels diffus.

Signes digestifs

Au niveau digestif, le transit intestinal est accéléré avec des troubles digestifs tels que la diarrhée, les nausées, les vomissements.

Signes neuropsychiques

L’hyperthyroïdie est associée à une stimulation du système nerveux avec pour conséquence une hyperactivité ou une agitation psychomotrice chez le patient qui devient, par ailleurs, irritable et nerveux. Il est affecté par des tremblements fins et réguliers des extrémités. Les signes neuropsychiques sont également dominés par des sautes d’humeur, une anxiété, une dépression, une insomnie ou des difficultés d’endormissement. 

Signes spécifiques de la maladie de Basedow  

Il y a des symptômes qui sont propres à la maladie de Basedow, ce sont entre autres, une augmentation du volume de la thyroïde ou goitre ainsi que des signes oculaires bien distincts tels que l’ophtalmopathie thyroïdienne.

Le goitre 

L’une des manifestations les plus caractéristiques de la maladie de Basedow est l’apparition d’un goitre ou une augmentation du volume de toute la thyroïde. Il s’agit d’un goitre homogène qui est palpable et visible au niveau du cou, avec un gonflement de la région antérieure du cou.

Signes oculaires 

La maladie de Basedow affecte les yeux et provoque l’ophtalmopathie basedowienne qui est une affection de l’œil. Cette atteinte ophtalmologique a pour principale manifestation l’exophtalmie caractérisée par des yeux gonflés qui sortent de leur orbite.

D’autres signes oculaires sont associés à l’exophtalmie qui est souvent bilatérale, affectant les deux yeux. Nous pouvons alors observer des gonflements au niveau des paupières, des larmoiements, une sensibilité accrue à la lumière, une irritation des paupières ou des conjonctives. Le patient peut avoir des yeux qui brûlent et peut se plaindre des douleurs ou de paralysies oculaires. Il peut également avoir les yeux rouges.

Maladie de Basedow : quels sont les traitements appropriés ?

Il existe plusieurs traitements dans le cadre de la prise en charge de la maladie de Basedow, avec des objectifs bien spécifiques. Dans cette perspective, l’administration des médicaments vise à inhiber la production d’hormones thyroïdiennes, la prise d’iode radioactif a pour objectif, la destruction  des cellules thyroïdiennes. Quant à l’intervention chirurgicale, elle est bien indiquée lorsqu’il s’agit de retirer, de manière chirurgicale, la thyroïde.

Le traitement médicamenteux

Il s’agit d’un traitement conservateur qui consiste à administrer des antithyroïdiens de synthèse pendant une longue durée dans le but de soulager le patient, tout en conservant la thyroïde et tout en régulant le fonctionnement de cette glande endocrine. Ce traitement permet de contrecarrer la surproduction d’hormones thyroïdiennes. 

Lorsque l’inflammation oculaire est aigüe en cas d’exophtalmie basedowienne, des corticoïdes peuvent être administrés au patient.

Le traitement par iode radioactif

En cas de récidive ou lorsque la thérapie médicamenteuse paraît inefficace, l’irradiation de la glande thyroïde est envisagée. Elle est caractérisée par l’administration d’iode radioactif qui permet d’irradier la glande thyroïde et de ralentir la production d’hormones. Il s’agit d’un traitement qui induit une destruction des cellules thyroïdiennes. Il est préconisé en cas de récidive, lorsque la chirurgie est contre-indiquée et en cas d’échec du traitement médicamenteux.

Thyroïdectomie
Parfois, la thyroïdectomie qui consiste à enlever la glande thyroïde, permet de traiter efficacement la maladie de Basedow.

Le traitement chirurgical

Lorsque le traitement conservateur et le traitement par iode radioactif ne fournissent pas les résultats escomptés, la méthode chirurgicale constitue alors une option thérapeutique. Il s’agit d’une ablation chirurgicale de la thyroïde ou la thyroïdectomie.