Sélectionner une page

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie auto-immune chronique qui affecte principalement les articulations. Il en résulte généralement des articulations enflées et douloureuses. La douleur et la raideur s’aggravent parfois après le repos. Le plus souvent, le poignet et les mains sont impliqués, les mêmes articulations étant généralement atteintes des deux côtés du corps.

La maladie peut également toucher d’autres parties du corps. Elle peut entraîner une réduction du nombre de globules rouges, ainsi qu’une inflammation autour des poumons et du cœur. Bien que la cause de cette maladie ankylosante ne soit pas claire, on pense qu’elle implique une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux. Les rayons X et les tests de laboratoire peuvent confirmer le diagnostic ou exclure d’autres maladies présentant des symptômes similaires. Les objectifs du traitement sont de réduire la douleur ainsi que l’inflammation et d’améliorer l’état de santé générale du patient.

Quels sont signes et symptômes de la polyarthrite rhumatoïde ?

La PR affecte principalement les articulations, mais elle affecte également d’autres organes dans plus de 15 à 25% des cas. Les problèmes associés incluent :

  • les maladies cardiovasculaires
  • l’ostéoporose
  • les pneumopathies interstitielles
  • les infections
  • le cancer
  • la fatigue
  • la dépression
  • les troubles mentaux
  • des difficultés à travailler
Mouvement des pieds
A la différence de ceux d’autres problèmes articulaires non inflammatoires, les premiers symptômes des maladies articulaires rhumatoïdes sont soulagés par des mouvements doux.

Symptômes articulaires

L’arthrite articulaire implique une inflammation de la membrane synoviale. Les articulations deviennent enflées, tendres et chaudes et la rigidité limite leurs mouvements. Avec le temps, plusieurs articulations sont atteintes (polyarthrite).

Les petites articulations des mains, des pieds et de la colonne cervicale sont le plus souvent touchées, mais des articulations plus larges comme l’épaule et le genou peuvent également être impliquées. La synovite peut entraîner la fixation du tissu, entraînant une perte de mouvement et une érosion de la surface de l’articulation, causant une déformation et une perte de fonction.

La PR se manifeste généralement par des signes d’inflammation, les articulations touchées étant enflées, chaudes, douloureuses et raides. Les symptômes sont particulièrement intenses tôt le matin au réveil ou à la suite d’une inactivité prolongée. Une raideur accrue tôt le matin est très souvent une caractéristique prédominante de la maladie. Elle dure généralement plus d’une heure.

Des mouvements doux peuvent soulager les symptômes aux premiers stades de la maladie. Ces signes permettent de distinguer les problèmes articulaires rhumatoïdes des problèmes non inflammatoires, tels que l’arthrose. La douleur associée à la PR est induite au site de l’inflammation et classée comme nociceptive. Les articulations sont parfois affectées de manière assez symétrique, bien que cela ne soit pas spécifique.

Au fur et à mesure que la pathologie progresse, l’activité inflammatoire conduit à l’attache du tendon, ainsi qu’à l’érosion et à la destruction de la surface articulaire, ce qui altère l’amplitude des mouvements et conduit à une déformation. Les doigts peuvent souffrir de nombreuses déformations. Les déformations spécifiques comprennent la déviation ulnaire, la déformation de la boutonnière, la déformation du col du cygne.

Symptômes cutanés

Le nodule rhumatoïde, parfois présent sous la peau, est la caractéristique non articulaire la plus courante. Il concerne 30% des personnes atteintes de PR. C’est un type de réaction inflammatoire connu des pathologistes sous le nom de granulome nécrosant.

Le processus pathologique à l’origine de la formation des nodules est inconnu. Cependant, les chercheurs pensent que c’est le même que celui de la synovite, car des caractéristiques structurelles similaires apparaissent dans les deux cas. Le nodule a une zone centrale de nécrose fibrinoïde qui peut être fissurée.

Il correspond à un matériau nécrotique riche en fibrine. Le nodule rhumatoïde typique peut avoir un diamètre de quelques millimètres à quelques centimètres. Il se trouve habituellement sur les protubérances osseuses, telles que le coude, le talon, les jointures ou d’autres zones soumises à des contraintes mécaniques répétées. Rarement, ceux-ci peuvent se produire dans les organes internes.

Plusieurs formes de vascularite surviennent dans la PR, mais elles sont principalement associées à une maladie non traitée de longue durée. La présentation la plus courante est due à la participation de vaisseaux de petite et moyenne taille. La vascularite rhumatoïde est couramment associée à une ulcération de la peau et à un infarctus du nerf vasculite connu sous le nom de mononévrite multiplex.

L’alopécie diffuse se produit plus fréquemment chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde. La PR est également plus fréquente chez les membres de famille atteints d’alopécie diffuse.

Homme
Les personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïde sont fréquemment atteintes d’une alopécie diffuse.

Symptômes pulmonaires

La fibrose pulmonaire est une complication reconnue de cette maladie ankylosante. C’est également une conséquence rare mais bien reconnue du traitement avec le méthotrexate et le léflunomide. Le syndrome de Caplan décrit les nodules pulmonaires chez les personnes atteintes de PR et exposées à la poussière de charbon. Des épanchements pleuraux exsudatifs sont également associés à la PR.

Symptômes cardiaques et vasculaires

Les personnes atteintes de PR sont plus sujettes à l’athérosclérose. Le risque d’infarctus du myocarde (crise cardiaque) et d’accident vasculaire cérébral est nettement accru. Parmi les autres complications possibles, on a : la péricardite, l’endocardite, l’insuffisance ventriculaire gauche, la valvulite et la fibrose. Beaucoup de personnes atteintes de PR ne ressentent pas les mêmes douleurs à la poitrine que les autres lorsqu’elles souffrent d’angine ou d’un infarctus du myocarde.

Pour réduire le risque cardiovasculaire, il est essentiel de maintenir un contrôle optimal de l’inflammation et d’utiliser l’exercice et des médicaments de manière appropriée. Cette précaution permettra de réduire les autres facteurs de risque cardiovasculaires. Les médecins qui traitent les personnes atteintes de PR doivent être sensibles au risque cardiovasculaire lorsqu’ils prescrivent des anti-inflammatoires. Ils doivent envisager de prescrire systématiquement de faibles doses d’aspirine, si les effets gastro-intestinaux sont tolérables.

Symptômes sanguins

L’anémie est de loin l’anomalie la plus courante. Elle peut être causée par divers mécanismes. L’inflammation chronique causée par la PR entraîne une élévation des niveaux d’hepcidine. Cela entraîne l’anémie, une maladie chronique où le fer est mal absorbé et est également séquestré dans les macrophages.

Les globules rouges sont de taille et de couleur normales (normocytique et normochrome). Une chute du nombre de globules blancs ne survient généralement que chez les personnes atteintes du syndrome de Felty doublé d’une hypertrophie du foie et de la rate. Une augmentation du nombre de plaquettes se produit lorsque l’inflammation n’est pas contrôlée.

Symptômes hépatiques

Les problèmes de foie chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde peuvent être dus à des maladie sous-jacentes ou aux médicaments utilisés pour traiter la maladie. Une maladie hépatique auto-immune coexistante, telle qu’une cirrhose biliaire primitive peut également causer des problèmes.

Symptômes neurologiques

Une neuropathie périphérique et une mononévrite multiple peuvent survenir. Le problème le plus courant est le syndrome du canal carpien, provoqué par la compression du nerf médian par l’enflure autour du poignet. La maladie rhumatoïde de la colonne vertébrale peut entraîner une myélopathie. Une subluxation atlanto-axiale peut survenir en raison de l’érosion du processus odontoïde et/ou des ligaments transverses dans la connexion de la colonne cervicale au crâne. Une telle érosion (> 3 mm) peut provoquer le glissement des vertèbres et la compression de la moelle épinière. Non traitée, elle peut évoluer en tétraplégie ou même conduire à la mort.

Quelles sont les causes de la polyarthrite ?

La polyarthrite rhumatoïde survient lorsque le système immunitaire attaque la membrane synoviale, c’est-à-dire la membrane entourant les articulations. L’inflammation qui en résulte épaissit la synoviale, ce qui peut éventuellement détruire le cartilage et l’os dans l’articulation. Les tendons et les ligaments qui maintiennent l’articulation s’affaiblissent et s’étirent. Progressivement, l’articulation perd sa forme et son alignement.

Les médecins ne savent pas ce qui déclenche ce processus, même si une composante génétique semble probable. Bien que les gènes ne soient pas réellement la cause de cette maladie ankylosante, ils peuvent rendre le patient plus vulnérable aux facteurs environnementaux, tels que l’infection par certains virus et bactéries, qui peuvent déclencher la maladie.

Massage
Lorsqu’elle est atteinte de polyarthrite rhumatoïde, l’articulation perd progressivement sa forme ainsi que son alignement.

Quels sont les facteurs de risque de cette maladie ?

La PR est une maladie auto-immune systémique. Certains facteurs génétiques et environnementaux affectent le risque de contracter cette pathologie.

Facteurs génétiques

Des antécédents familiaux augmentent le risque d’environ trois à cinq fois. La PR est fortement associée aux gènes de l’antigène du complexe majeur d’histocompatibilité (CMH). Elle est de type tissulaire héréditaire. Le HLA-DR4 est la principale cause. L’importance relative de cette cause varie selon les groupes ethniques.

Des études d’association pangénomiques ont mis en évidence une centaine de gènes associés au risque de PR. La plupart impliquait le système HLA (en particulier HLA-DRB1) qui contrôle la reconnaissance des molécules du système immunitaire. La signalisation par cytokines, le seuil d’activation des récepteurs lymphocytaires et l’activation immunitaire innée semblent avoir moins d’influence que les mutations HLA.

Facteurs environnementaux

Il existe des facteurs de risque épigénétiques et environnementaux établis pour la PR. Le tabagisme est une cause chez les populations de race blanche. Il augmente trois fois le risque par rapport aux non-fumeurs. Le risque est particulièrement élevé chez les patients de sexe masculin, les gros fumeurs et les personnes présentant un facteur rhumatoïde positif. Une consommation modérée d’alcool peut avoir un effet protecteur.

Comment se fait le diagnostic de cette maladie ?

À ses débuts, il peut être difficile pour un médecin de diagnostiquer la PR, car elle peut ressembler à d’autres affections. Cependant, un diagnostic et un traitement précoces sont essentiels pour ralentir la progression de la maladie. Les autorités sanitaires françaises recommandent un diagnostic et une stratégie de traitement efficace dans les 6 mois suivant l’apparition des premiers symptômes.

Imagerie

Des radiographies aux rayons X des mains et des pieds sont généralement exécutés lorsque de nombreuses articulations sont touchées. Dans la PR, il peut ne pas y avoir de changement durant les premiers stades de la maladie. Dans certains cas, la radiographie peut montrer une ostéopénie près de l’articulation, un gonflement des tissus mous et un espace articulaire inférieur à la normale. À mesure que la maladie progresse, il peut y avoir des érosions osseuses et une subluxation. D’autres techniques d’imagerie médicale telles que l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et les ultrasons sont également utilisées à des fins de diagnostic.

Articulation
Aux premiers stades de la polyarthrite rhumatoïde, aucune anomalie n’apparaît sur les images radiographiques de l’articulation atteinte.

Tests sanguins

Au cours de la première année de maladie, le facteur rhumatoïde est plus susceptible d’être négatif, certains individus devenant séropositifs au fil du temps. Un test sanguin peut donc servir de diagnostic. Les RF, un groupe d’anticorps non spécifiques, sont observés chez environ 10% des personnes en bonne santé. On les retrouve également dans de nombreuses autres infections chroniques telles que l’hépatite C et les maladies auto-immunes chroniques telles que le syndrome de Sjögren et le lupus érythémateux systémique. A cause de cela, ce test n’est pas spécifique à la PR.

De nouveaux tests sérologiques vérifient la présence d’anticorps rhumatoïde (ACPA). Ces tests sont positifs dans 61 à 75% des cas de PR, mais avec une spécificité d’environ 95%. Les APAC sont très souvent présents avant l’apparition des premiers symptômes. Le test clinique de loin le plus courant pour la détection des ACPA est le test ELISA.

D’autres tests sanguins sont généralement effectués pour différencier les autres causes de l’arthrite. Au nombre de ces tests diagnostics, on compte

  • la vitesse de sédimentation des érythrocytes (ESR)
  • le taux de protéine C-réactive
  • la numération sanguine complète
  • le dosage de créatine
  • le taux d’enzymes hépatiques.

Des taux élevés de ferritine peuvent révéler une hémochromatose ou être un signe de la maladie de Still, une variante de la polyarthrite rhumatoïde qui est généralement juvénile.

Les avancées techniques en échographie, telles que les transducteurs haute fréquence, ont amélioré la résolution spatiale des images ultrasonores par rapport à la radiographie conventionnelle. Le Doppler couleur et le Doppler haute fréquence sont utiles pour évaluer le degré d’inflammation synoviale car ils peuvent montrer des signaux vasculaires de synovite active. Ce diagnostic est important car, au début de la PR, la synoviale est principalement touchée et la synovite semble être le meilleur marqueur prédictif des lésions articulaires futures.

Quels sont les traitements possibles ?

La polyarthrite rhumatoïde est incurable. Mais les études cliniques indiquent que la rémission des symptômes est plus probable lorsque le traitement commence tôt avec des médicaments appelés médicaments antirhumatismaux modificateurs de la maladie (DMARD).

Les médicaments

Les types de médicaments recommandés par le médecin dépendront de la gravité des symptômes et de la durée de cette maladie ankylosante.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent soulager la douleur et réduire l’inflammation. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens en vente libre comprennent l’ibuprofène (Advil, Motrin IB) et le naproxène sodique (Aleve). Des AINS plus forts sont disponibles sur ordonnance. Les effets secondaires peuvent inclure une irritation de l’estomac, des problèmes cardiaques et des lésions rénales.

Les corticostéroïdes, tels que la prednisone, réduisent l’inflammation et la douleur et ralentissent les lésions articulaires. Les effets secondaires peuvent inclure un amincissement des os, un gain de poids et le diabète. Les médecins prescrivent parfois un corticostéroïde pour soulager les symptômes aigus.

Les antirhumatismaux modificateurs de la maladie (DMARD) sont des médicaments qui peuvent ralentir la progression de la polyarthrite rhumatoïde et préserver les articulations et autres tissus des dommages permanents. Les DMARD communs incluent le méthotrexate (Trexall, Otrexup, autres), le léflunomide (Arava), l’hydroxychloroquine (Plaquenil) et la sulfasalazine (Azulfidine). Les effets secondaires varient, mais peuvent inclure des dommages au foie, une suppression de la moelle osseuse et des infections pulmonaires graves.

Les agents biologiques, également appelés modificateurs de la réponse biologique, sont une classe plus récente de DMARD. A leur nombre, on compte

  • l’abatacept (Orencia)
  • l’adalimumab (Humira)
  • l’anakinra (Kineret)
  • le baricitinib (Olumiant)
  • le certolizumab (Cimzia)
  • l’étanercept (Enbrel)
  • le Golimumab (Simponi)
  • le tofacitinib (Xeljanz).

Ces médicaments peuvent cibler des parties du système immunitaire qui déclenchent une inflammation qui endommage les articulations et les tissus. Ces types de médicaments augmentent également le risque d’infections. Chez les personnes atteintes de cette maladie ankylosante, des doses plus élevées de tofacitinib peuvent augmenter le risque de formation de caillots sanguins dans les poumons. Les DMARD biologiques sont généralement plus efficaces lorsqu’ils sont associés à un DMARD non biologique, tel que le méthotrexate.

Traitement par physiothérapie

Le médecin peut recommander le malade à un thérapeute physique ou à un ergothérapeute qui peut lui enseigner des exercices pour l’aider à garder ses articulations souples. Le thérapeute peut également suggérer de nouvelles façons de faire les tâches quotidiennes, qui seront plus faciles pour les articulations.

Les appareils fonctionnels peuvent aider à éviter de stresser vos articulations douloureuses. Par exemple, un couteau de cuisine équipé d’une poignée aide à protéger les articulations des doigts et du poignet. Certains outils, tels que les boutonnières, peuvent faciliter les mouvements. Les catalogues et les magasins de fournitures médicales sont de bons endroits pour chercher des idées.

Intervention chirurgicale
Lorsque les médicaments ne parviennent pas à ralentir les lésions ou à les prévenir, la chirurgie peut s’avérer l’ultime solution pour réparer les articulations sévèrement atteintes.

Traitements chirurgicaux

Si les médicaments ne permettent pas de prévenir ou de ralentir les lésions articulaires, le médecin peut envisager une intervention chirurgicale pour réparer les articulations endommagées. La chirurgie peut aider à rétablir la capacité à utiliser l’articulation. Elle peut également réduire la douleur et améliorer le fonctionnement.

La chirurgie de la polyarthrite rhumatoïde peut impliquer une ou plusieurs des procédures suivantes:

  • la synovectomie : cette opération permet d’enlever la doublure enflammée de l’articulation (synoviale). Elle peut être effectuée sur les genoux, les coudes, les poignets, les doigts et les hanches.
  • la réparation du tendon : l’inflammation et les lésions articulaires peuvent provoquer le desserrement ou la rupture des tendons autour de l’articulation. Le chirurgien peu réparer les tendons autour de l’articulation.
  • la fusion conjointe : la fusion chirurgicale d’une articulation peut être recommandée pour stabiliser ou réaligner l’articulation et pour soulager la douleur. Cette opération est effectuée lorsque le remplacement de l’articulation n’est pas une possible.
  • le remplacement total des articulations : lors de cette intervention chirurgicale, le chirurgien enlève les parties endommagées de l’articulation et insère une prothèse en métal et en plastique.

La chirurgie comporte un risque de saignement, d’infection et de douleur. Il faudra discuter des avantages et des risques avec le médecin.

Mode de vie et remèdes maison

Le patient peut prendre des mesures pour prendre soin de son corps s’il souffre de cette maladie ankylosante. Lorsqu’elles sont utilisées avec des médicaments pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, ces soins peuvent aider à gérer les signes et symptômes:

  • l’exercice régulier : des exercices doux peuvent aider à renforcer les muscles autour des articulations et aider à combattre la fatigue. Il faudra consulter le médecin avant de commencer à faire de l’exercice. Le plus simple serait de commencer par une promenade quotidienne. Il faudra éviter de mettre la pression sur des articulations douloureuses, blessées ou gravement enflammées.
  • l’application de la chaleur ou du froid : la chaleur peut aider à soulager la douleur et détendre les muscles tendus ou douloureux. Le froid peut atténuer la sensation de douleur. Le froid a également un effet anesthésiant et peut réduire le gonflement.
  • la détente : il faudra trouver des moyens de gérer la douleur en réduisant le stress dans sa vie. Des techniques telles que la respiration profonde et la relaxation musculaire peuvent toutes être utilisées pour contrôler la douleur.

Médecine douce

Parmi les traitements complémentaires et alternatifs courants qui semblent prometteurs pour la polyarthrite rhumatoïde, on peut citer:

  • l’huile de poisson : certaines études préliminaires ont montré que les suppléments d’huile de poisson pouvaient réduire la douleur et la raideur de cette maladie ankylosante. Les effets secondaires peuvent inclure des nausées, des éructations et un goût de poisson dans la bouche. L’huile de poisson peut interférer avec les médicaments, il faudra consulter son médecin au préalable.
  • les huiles végétales : les graines d’onagre, de bourrache et de cassis contiennent un type d’acide gras qui pourrait aider à soulager la douleur et la raideur matinales de la polyarthrite rhumatoïde. Les effets secondaires peuvent inclure des maux de tête, la diarrhée et des gaz. Certaines huiles végétales peuvent endommager le foie ou interférer avec les médicaments.
  • le taï chi : cette thérapie par le mouvement implique des exercices doux et des étirements combinés à une respiration profonde. Beaucoup de gens utilisent le tai-chi pour soulager le stress. De petites études ont montré que le tai-chi pouvait améliorer l’humeur et la qualité de vie des personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde. Lorsqu’il est dirigé par un instructeur compétent, le tai-chi est sans danger. Toutefois, il faudrait éviter les mouvements douloureux.
Exercice physique
Combinés à une respiration profonde, les étirements et autres exercices doux du « Taï Chi » aident à soulager les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde.

Comment faire face à cette maladie inflammatoire ?

La douleur et l’invalidité associées à la polyarthrite rhumatoïde peuvent affecter le travail et la vie de famille d’une personne. La dépression et l’anxiété sont courantes, tout comme les sentiments d’impuissance et de faible estime de soi.

La mesure dans laquelle cette maladie inflammatoire affecte les activités quotidiennes du patient dépend en partie de sa capacité à faire face à la maladie. Il faudra discuter avec son médecin des stratégies pour s’en sortir. Avec le temps, le patient apprendra quelles stratégies lui conviennent le mieux.

Il faudra essayer de prendre le contrôle. Avec le médecin, il faudra établir un plan pour gérer l’arthrite. Il faudra également apprendre à connaître ses limites. Il faudra notamment se reposer quand on est fatigué. En effet, la polyarthrite rhumatoïde peut induire une fatigue et une faiblesse musculaire. Un repos ou une courte sieste qui ne nuit pas au sommeil nocturne peut aider.

Sources :

  • https://www.medicalnewstoday.com/articles/323361.php
  • https://www.rheumatology.org/I-Am-A/Patient-Caregiver/Diseases-Conditions/Rheumatoid-Arthritis
  • https://www.arthritis.org/about-arthritis/types/rheumatoid-arthritis/what-is-rheumatoid-arthritis.php
  • https://www.webmd.com/rheumatoid-arthritis/default.htm
  • https://www.everydayhealth.com/rheumatoid-arthritis/guide/
  • https://www.nhs.uk/conditions/rheumatoid-arthritis/
  • https://www.medicinenet.com/rheumatoid_arthritis/article.htm
  • https://my.clevelandclinic.org/health/diseases/4924-rheumatoid-arthritis
  • https://www.cdc.gov/arthritis/basics/rheumatoid-arthritis.html
  • https://www.nhsinform.scot/illnesses-and-conditions/muscle-bone-and-joints/conditions/rheumatoid-arthritis
  • https://www.msk.org.au/rheumatoid-arthritis/
  • https://www.verywellhealth.com/rheumatoid-arthritis-4013584
  • https://medlineplus.gov/rheumatoidarthritis.html
  • https://www.nras.org.uk/what-is-ra-article
  • https://arthritisaustralia.com.au/types-of-arthritis/rheumatoid-arthritis/
  • https://www.hopkinsarthritis.org/arthritis-info/rheumatoid-arthritis/
  • https://orthoinfo.aaos.org/en/diseases–conditions/rheumatoid-arthritis/
  • https://www.health.com/condition/rheumatoid-arthritis
  • https://www.rheumatoidarthritis.org/