Sélectionner une page

On le sait tous : rien de tel qu’une activité physique régulière pour rester en bonne santé. Cependant, si le sport est bien connu pour ses innombrables vertus, il peut aussi occasionner différents maux et coups durs pour l’organisme. Parmi ces petites anicroches, citons les entorses qui constituent l’une des raisons les plus fréquentes amenant les sportifs à consulter régulièrement des professionnels de l’ostéopathie. Certaines équipes de rugby n’hésitent d’ailleurs pas à embaucher un ostéopathe pour suivre régulièrement leurs joueurs et intervenir en cas d’entorses. Alors, comment fonctionne la prise en charge ostéopathique des entorses chez les professionnels du rugby ? Réponses dans cet article.

Une entorse, c’est quoi ?

L’entorse, plus précisément l’entorse de la cheville, est extrêmement fréquente dans les milieux du sport. Si l’on en dénombre pas moins de 6 000 cas par jour en France, la fréquence de ce traumatisme des ligaments ne vous dispense pas de le soigner. En effet, une entorse occasionne souvent des complications invalidantes et des récidives qui peuvent être handicapantes pour les sportifs.

Une entorse peut se manifester de différentes façons, selon le degré de traumatisme des ligaments :

  • léger étirement des ligaments (on parle là d’une entorse bénigne) ;
  • rupture partielle d’un ou plusieurs ligaments (entorse modérée) ;
  • rupture de plusieurs faisceaux ligamentaires (entorse grave).

L’entorse chez les rugbymans

Dans les milieux du rugby, l’entorse de la cheville est la plus fréquente, touchant 9 fois sur 10 le côté latéral de la cheville. Elle apparaît souvent suite à un faux pas, en courant ou encore lors de la réception d’un saut. Les symptômes courants vont d’une douleur bénigne à un œdème, en passant par un craquement, un douloureux appui sur le pied, un hématome, une déformation de l’articulation ou encore l’insensibilité du pied. On peut rappeler ici le cas de l’arrière de l’équipe toulousaine, Clément Poitrenaud, qui a été gravement touché à la cheville sur le stade de Toulouse. Après quelques rendez-vous avec un ostéopathe, les examens du jeune rugbyman de 37 ans ont révélé une entorse de la cheville et une petite fracture.

rugbyman sur le terrain de toulouse

Comment prendre en charge une entorse ?

Les premiers traitements ostéopathiques peuvent se faire immédiatement sur le terrain, comme c’est le cas de Clément Poitrenaud. C’est néanmoins à l’ostéopathe de s’adapter à l’inflammation apparue ainsi qu’à l’état des tissus articulaires. Ainsi, en fonction de la gravité de la blessure, il peut être nécessaire de recourir à une hospitalisation.

Tout au long des phases de traitement, l’ostéopathe effectue différents examens permettant d’évaluer la posture statique du sportif ainsi que l’équilibre en mouvement. Ces évaluations serviront ensuite à déterminer si le blessé pourra poursuivre sa saison sportive. Cependant, il faut faire attention aux évaluations contre-indications à la prise en charge ostéopathique de l’entorse. Si toutes les conditions sont favorables à un traitement, l’ostéopathie examine d’abord les structures anatomiques du pied touché afin de restaurer la mobilité articulaire. Bien entendu, les méthodes de traitement doivent être adaptées à la blessure et se faire suivant les antécédents médicaux du sportif.