Sélectionner une page

Le fait de vieillir pose de nombreux nouveaux défis aux humains car, outre la fatigue, la vue n’est plus aussi fiable qu’auparavant. Les articulations ne s’activent pas aussi prestement qu’avant. Et le fait d’écouter son environnement, allant des conversations aux concerts, peut devenir un véritable parcours du combattant. Mais les troubles de l’audition ne concernent pas que les seniors ! Si 65% des 65 ans et plus sont touchés par cette problématique, plus de 6% des 15-24 ans en souffrent également (chiffres de l’Inserm). Et en France, les problèmes auditifs ne sont pas seulement acquis au cours de la vie mais sont aussi d’origine génétique : chaque année, près d’un millier de nouveau-nés sont affectés de surdité. Les problèmes d’auditions sont donc variés, et à chaque cause ou manifestation correspond généralement une voie de traitement approprié. Découvrons les solutions existantes.

Les différents troubles de l’audition

La perte d’audition est un handicap qui concerne tous les âges, chez les enfants comme chez les adultes. Touchant une ou deux oreilles, elle a un impact important sur la qualité de vie, la communication, la perception et l’apprentissage. Mais la surdité peut affecter la qualité de vie à différents degrés ; on parle :

  • de surdité légère si l’on perd de 20 à 40 db ;
  • de surdité moyenne si l’on perd de 40 à 70 db ;
  • de surdité sévère si l’on perd de 70 à 90 db ;
  • de surdité extrême si l’on perd plus de 90 db.

Outre les degrés de surdité, les troubles auditifs peuvent découler de plusieurs causes, ce qui fait que la perte d’audition soit progressive (liée à l’âge et au vieillissement), brutale (notamment suite à un choc) ou innée (malformation ou défaut génétique). Un type courant de surdité est l’hyperacousie, qui se caractérise par l’hypersensibilité de l’ouïe ainsi que par une intolérance à certains sons auparavant bien supportés. La victime entend bien mais certains sons lui deviennent insupportables, tels que le bruit du vent, le son d’un aspirateur, la sonnerie du téléphone, le son d’un sifflet voire le froissement d’un papier.

Détection des problèmes d’auditions

Les solutions pour traiter les problèmes d’audition

Les progrès de la médecine et de la technologie ont permis la mise au point de nombreux nouveaux traitements contre la perte de l’audition. Mais face à autant de choix, il faut que les voies de traitement dépendent surtout de la cause du trouble auditif. Un professionnel de santé pourra établir un diagnostic précis et préconiser le traitement adapté, ou tout au moins proposer le moyen pour soulager ou mieux vivre avec le problème auditif. De plus, le recours aux traitements existants n’est qu’une solution pour compenser la perte auditive : un bon mode de vie et des précautions sont indispensables pour se prémunir contre les troubles de l’audition. Découvrez des conseils pratiques pour vous protéger contre les problèmes auditifs sur ce site.

Les aides auditives

Les déficits auditifs constituent la principale manifestation des troubles de l’audition. Dans ces cas, des aides auditives conventionnelles sont proposées aux patients dans le cadre d’un traitement en conduction aérienne. Le principe de fonctionnement de ces dispositifs consiste à la captation du son à l’aide d’un ou plusieurs microphones. Le signal sonore capté est ensuite traité par un microprocesseur puis amplifié pour le retransmettre vers un écouteur positionné dans le conduit auditif externe du patient.

En fonction du degré de perte auditive, le médecin peut préférer une aide en conduction osseuse au dispositif en conduction aérienne. Cette aide auditive permet de cibler directement l’oreille interne du patient à travers les os du crâne. Ainsi, les vibrations sonores sont captées par le microphone et diffusées à l’os temporal à l’aide d’un vibrateur placé dans l’oreille. Consultez cette page pour en savoir plus sur les aides auditives.

Les implants auditifs

Les aides auditives traditionnelles sont idéales pour pallier à la perte de l’audition, mais elles ne sont pas recommandées pour les surdités sévères ou profondes. Les professionnels de santé préconisent alors des implants de deux types :

  • l’implant d’oreille moyenne, qui fonctionne sur le même principe que les aides en conduction osseuse ;
  • et l’implant cochléaire, qui utilise un processeur externe pour transformer les sons en signaux électriques.

De plus en plus de médecins préconisent également la combinaison des aides auditives traditionnelles et des implants, notamment dans le cas d’une surdité profonde. Ainsi, les implants ciblent la cochlée pour mieux percevoir les signaux sonores, surtout dans les fréquences aigües ; tandis que les aides auditives amplifient les sons graves.

Appareil auditif

La thérapie génique pour réparer les cellules ciliées

La plupart des cas de surdité ont pour cause les dommages dans les cellules ciliées. Les scientifiques optent alors pour la régénération de ces cellules à l’aide de la thérapie génique. En clair, l’idée est d’obtenir de nouvelles cellules auditives totalement fonctionnelles à partir de cellules de soutien qui demeurent vivantes après la mort des cellules ciliées.

Les traitements transtympaniques à l’aide de neurotrophines

Il faut savoir que la destruction des cellules ciliées est un processus normal qui résulte d’un programme de mort cellulaire, que l’on appelle « apoptose » (ou « mort cellulaire programmée »). Il s’agit d’un processus d’autodestruction des cellules, un événement déclenché par un signal dépendant de la nature du stimulus ou du stress.

Après avoir exploré les voies thérapeutiques correspondantes à ce processus, les scientifiques pensent aujourd’hui à utiliser :

  • des neurotrophines afin de protéger les neurones et régénérer les neurites ;
  • des anti-apoptotiques qui permettent de freiner la mort des cellules sensorielles.

Cependant, l’administration de ces substances dans l’oreille interne ne sera pas simple, et l’Inserm et le CEA sont en train de développer un système de pompe implantable pour ce faire. Et encore que le traitement transtympanique n’est pas adapté à tout le monde : toutes les personnes âgées n’en pourront pas bénéficier, puisque ce traitement privilégie surtout les jeunes personnes souffrant de presbyacousie précoce. Quoi qu’il en soit, les médicaments locaux peuvent être utilisés pour protéger les cellules ciliées, accompagner l’utilisation d’un implant cochléaire, ou encore prévenir la fibrose.