Sélectionner une page

Contrairement à bien d’autres médicaments homéopathiques qui sont d’origine végétale, animale ou minérale, Psorinum est élaborée avec la sérosité de la vésicule de gale. C’est donc un nosode ou un biothérapique qui possède de nombreuses indications, qu’il s’agisse des pathologies chroniques ou récidivantes. Caractérisé par un large spectre d’action, Psorinum peut être le remède approprié pour traiter efficacement des pathologies de la peau, de l’appareil digestif, respiratoire et de la sphère ORL (oto-rhino-laryngologie).

Psorinum, qu’est-ce que c’est ?

PsorinumPsorinum est un remède homéopathique. Il s’agit d’un nosode de la psore (issue de la gale). Autrement dit, c’est une préparation homéopathique élaborée à partir d’une lésion de gale, prélevée chez des sujets affectés par cette pathologie (la gale) et qui n’ont pas encore reçu de traitement.

La substance de base est le germe d’une maladie, notamment la sérosité purulente d’une vésicule de gale. Le mode d’élaboration de ce remède homéopathique permet d’éradiquer totalement la présence de ce  germe dans la granule ou les autres formes galéniques de ce remède (goutte buvable, doses-globules). Pour ce faire, la souche de l’infection galeuse est diluée et fortement agitée (dynamisation) entre chaque dilution, pour éviter la toxicité et pour renforcer la capacité curative de ce remède.

Ainsi, Psorinum constitue un remède homéopathique, particulièrement utile pour le traitement de diverses pathologies chroniques ou à expression périodique. Il est utilisé en présence des maladies qui affectent diverses régions anatomiques, notamment, la peau, les plis cutanés, les glandes sébacées, les intestins, l’appareil respiratoire. Il stimule les défenses de l’organisme et s’avère utile en cas de récidive ou d’échec thérapeutique malgré la prescription de médicaments bien indiqués.

Quel est le profil de ceux qui ont besoin de prendre Psorinum ?

Psorinum est un remède qui convient aux sujets maigres, frileux, qui manquent de vitalité et souvent affectés par des troubles mentaux. Ce sujet est anxieux, désespéré pour sa santé, mais également pour son travail, son avenir, ce qui le conduit à état de tristesse profonde, à des périodes de dépression.

Il est plein d’anxiété, allant même jusqu’à l’idée de suicide.

Il est couramment éprouvé par des affections cutanées. La peau du sujet est sale, pale et malsaine avec des éruptions et des prurits intenses. Son corps dégage une odeur désagréable.

Psorinum est bien adapté  au patient qui tombe malade et pense qu’il est affecté par une pathologie incurable. Pour lui, il n’y a pas de traitement susceptible d’améliorer son état de santé. La phase de guérison est particulièrement lente avec ce profil qui désespère de sa guérison, surtout compte tenu du fait qu’il semble ne pas réagir aux différents traitements pourtant judicieusement choisis.

Le profil Psorinum est hypersensible au froid et aux changements climatiques qui détériorent sa santé et induisent divers maux. Les quintes de toux, les éruptions réapparaissent au cours de la période hivernale. Les éruptions disparaissent en été et reviennent en hiver. Les personnes susceptibles de tirer un meilleur profit de Psorinum sont également sujettes au trouble mental et sont facilement affectées par diverses infections, entre autres, les rhumes, la bronchite, la rhinite, l’asthme, l’eczéma et la dermatite.

La récupération n’est pas aisée après une pathologie aigue chez ce sujet qui a besoin de manger, même au milieu de la nuit.

Pourquoi prendre Psorinum en présence d’une gale ?

La gale est une infection cutanée bénigne, mais particulièrement contagieuse. Elle est causée par un acarien microscopique, Sarcopte scabiei. Cet acarien pénètre dans la peau, creuse un sillon sous la couche cornée de l’épiderme et y dépose ses œufs qui provoquent des démangeaisons intenses. Ces démangeaisons sont surtout présentes la nuit lorsque la femelle de l’acarien incriminé est plus active. De petites boutons de couleur rouge et d’autres lésons apparaissent particulièrement au niveau des espaces interdigitaux (entre les doigts), des poignets, des aisselles et de la région génitale. Les symptômes sont dus à une réaction allergique aux acariens. Les enfants sont fréquemment infectés par la gale, avec parfois des épidémies dans les écoles ou les crèches.

Psorinum est un remède préparé à partir de la sérosité purulente de la gale non traitée. Cette substance de base (la sérosité de gale) est diluée jusqu’à ce que la toxicité de celle-ci disparaisse ou qu’elle devienne une substance non pathogène. Ainsi, conformément au principe de la similitude qui « énonce qu’il y a une ressemblance entre l’action toxique et le pouvoir thérapeutique d’une même substance », cette substance de base, prise à dose infinitésimale, permet guérir le patient affecté par la gale.

De ce fait, un traitement homéopathique avec notamment Psorinum peut être proposé en présence d’une gale. Ce remède est bien indiqué en présence d’une gale récurrente. Il permet de prévenir les rechutes.

Pourquoi recourir à Psorinum contre des affections de la peau ?

Les pathologies de la peau constituent l’une des principales indications de Psorinum. L’utilisation de ce remède est donc bénéfique aux patients confrontés à la gale, mais également à ceux qui sont affectés par divers problèmes cutanés. Psorinum soulage les éruptions purulentes au niveau de la peau ainsi que les démangeaisons. Il est efficace contre des dermatoses vésiculeuses prurigineuses caractérisées par de mauvaises odeurs.

Il constitue un excellent remède contre les pathologies cutanées hivernales caractérisées par de petites fissures ou des lésions consécutives à une déshydratation de l’épiderme aux endroits exposés au contact de l’air froid ou à des températures très basses. Il s’agit, essentiellement des gerçures, des engelures et des crevasses.

Psorinum est également utilisé pour traiter les plaies cutanées et les amas de pus ou les abcès localisés au niveau des plis des coudes ou des genoux.

Psorinum est aussi utile quand des pustules ou des furoncles persistent après que la gale a été guérie par quelque autre remède.

Bien d’autres affections cutanées caractérisées par un exsudat (sécrétion de pus) peuvent être soignées en ayant recours à Psorinum. Ces troubles cutanés qui suintent facilement sont, entre autres :

  • Acné : caractérisée par un visage envahi par les boutons, l’acné est une pathologie de la peau provoquée par une inflammation des follicules pilo-sébacés. Psorinum permet de traiter divers types d’acné, notamment celle qui apparaît sur une peau grasse ou celle qui démange (acné prurigineuse). Il est d’une grande aide pour réduire la sécrétion de sébum, pour lutter contre l’apparition des boutons et pour limiter les démangeaisons et les transpirations abondantes provoquées par l´excès de sébum.
  • Eczéma : c’est une inflammation de la peau, associée à des rougeurs, des squames et des démangeaisons. Cette pathologie est caractérisée par un état irritant de la peau. Elle se manifeste généralement près des oreilles et du cuir chevelu. Psorinum permet de lutter contre les sévères démangeaisons qui poussent le sujet à se gratter constamment avec parfois des blessures consécutives au grattage.

Pourquoi faut-il administrer Psorinum face aux troubles de la voie respiratoire ?

Psorinum est administré pour soulager divers symptômes liés à la respiration. Il s’agit notamment de :

  • toux qui survient au cours de la période hivernale (toux chronique hivernale sèche) ou qui revient après la disparition des éruptions cutanées ou après la suppression de l’eczéma ou de la gale. Cette toux sèche peut être associée à une expectoration difficile des mucus de couleur jaune, le sujet doit tousser pendant longtemps pour faire sortir le mucus. Elle est parfois associée à une sensation de grande faiblesse au niveau de la poitrine.
  • difficulté respiratoire, elle est soulagée lorsque le sujet s’assoit, s’allonge et étend ses bras.
  • douleur au niveau de la poitrine, associée à une toux sèche.

Psorinum est un médicament bénéfique en présence des pathologies des voies respiratoires telles que :

  • L’asthme : il est associé à un essoufflement, des difficultés respiratoires (dyspnée), à des quintes de toux sèches et douloureuses, surtout lorsqu’il fait froid.
  • Le rhume des foins ou la rhinite allergique qui survient annuellement ou régulièrement tous les ans.

Psorinum et pathologies de la sphère ORL

Psorinum doit être utilisé pour soulager la déglutition douloureuse, les démangeaisons au niveau des oreilles, les brûlures au niveau de la gorge ou des amygdales. Ce remède est utilisé lorsque les amygdales sont énormément gonflées ou en présence d’une amygdalite chronique, d’une angine récidivante. L’utilisation de Psorinum est appropriée lorsque le sujet est confronté :

  • de façon chronique, à un écoulement de liquide séreux ou purulent provenant du conduit externe de l’oreille (otorrhée chronique purulente) qui s’avère, par ailleurs, très fétide ;
  • au niveau du nez, à une sécrétion claire ou infectée ;
  • à une infection virale qui affecte le nez et la gorge, marquée par un écoulement nasal et/ou dans la gorge (la rhinopharyngite).

Démangeaisons au niveau des oreilles

Pourquoi prendre Psorinum contre les troubles digestifs ?

Psorinum doit être employé pour faire disparaître les :

  • éructations avec des gaz qui sentent comme des œufs pourris ;
  • nausées et vomissements ;
  • douleurs et les brûlures au niveau de l’estomac après avoir mangé ;
  • appétits importants ou la sensation de faim douloureuse qui pousse le sujet à se lever la nuit pour manger quelque chose.

Aussi, ce remède est utile pour traiter la constipation consécutive à une atonie intestinale ou une  diminution des contractions et de la tonicité des intestins, avec pour effet, un ralentissement du transit.

Ce médicament homéopathique se montre aussi efficace contre plusieurs types de diarrhées, notamment :

  • celle qui survient après une pathologie aigüe ;
  • la diarrhée associée au syndrome de colon irritable, aux spasmes et aux crampes abdominales ;
  • la variante soudaine et impérieuse, fétide et aggravée au cours de la nuit.

Les facteurs d’aggravation des symptômes sont entre autres, l’hiver, le froid, les changements de temps. La chaleur et l’été constituent des facteurs d’amélioration.

Sources :

  • James Tyler Kent, Matière médicale homéopathique, J&D Editions, 1992 : https://fr.scribd.com/doc/251605703/Matiere-Medicale-de-Kent
  • Qu’est-ce que l’homéopathie : https://www.decitre.fr/media/pdf/feuilletage/9/7/8/2/8/7/4/6/9782874610455.pdf
  • Dr Bernard PY : Recueil des publications du docteur Jacques HUI BON HOA : http://www.homeoint.org/books3/hbhpubli/psorinum.htm