Sélectionner une page

Le système de santé français est considéré comme l’un des meilleurs au monde, à en croire les rapports des organismes internationaux. Reposant sur la Sécurité sociale, il ne prend toutefois pas en charge la totalité des dépenses médicales des Français. En effet, si l’Assurance maladie rembourse une partie des frais médicaux, une part doit être honorée par l’assuré (le fameux ticket modérateur). C’est pourquoi plus de 500 établissements proposent aujourd’hui une offre d’Assurance maladie complémentaire (AMC). Parmi ces organismes se trouvent les mutuelles, des sociétés de personnes à but non lucratif qui proposent la souscription à une complémentaire santé. Mais si celle-ci reste entièrement facultative, de plus en plus de Français trouvent la nécessité d’y souscrire afin de bénéficier du remboursement total de leurs dépenses médicales. Comment bien choisir sa mutuelle santé ? Comment s’y retrouver parmi la profusion d’offres et prestations disponibles sur le marché ?

Choisir la mutuelle adaptée à son profil d’assuré

Vous avez décidé de souscrire à une offre de complémentaire santé ? Mais quelles sont les raisons qui motivent cette décision ? En effet, le choix d’une assurance complémentaire implique avant tout de considérer votre état de santé général tout comme votre situation financière. En fonction de ces deux principaux facteurs, vous pourrez vous tourner vers l’une ou l’autre des options suivantes :

  • un contrat de base qui complètera seulement la Sécurité sociale en cas de grosses dépenses santé ;
  • une offre généreuse qui inclut des plafonds de remboursement élevés, des consultations gratuites et autres privilèges.

Conscients de la diversité des besoins, les organismes assureurs mutualistes proposent aujourd’hui une gamme multi-profils qui couvre les plus démunis jusqu’aux assurés les plus exigeants. Notons aussi qu’en plus de la situation médicale et du profil financier, votre âge et votre situation familiale jouent aussi un rôle déterminant dans le choix de votre mutuelle. Par exemple, un couple avec enfants aura intérêt à souscrire une mutuelle familiale, tandis qu’un jeune actif célibataire se contentera d’une mutuelle de base. Les seniors, quant à eux, pourront se tourner vers une mutuelle qui répondra à leurs besoins après la retraite.

Faire appel à un comparateur en ligne

Le choix de la meilleure mutuelle peut très vite tourner au cauchemar quand vous ne disposez pas d’un bon outil de comparaison. Pourtant, il existe des centaines de comparateurs en ligne qui vous aideront à vous retrouver parmi dans la profusion d’offres de mutuelles. Une fois que vous êtes sûr d’avoir déterminé vos besoins et priorités santé (hospitalisation, optique, dentaire, affection de longue durée…), le comparateur pourra vous proposer un tableau récapitulatif des formules existantes en France. Aidez-vous de cet outil pour consulter les prestations allant des moins chères aux plus complètes. Pour cela, utilisez les filtres de recherche afin de trier automatiquement les formules.

Quels sont les remboursements inclus ?
Quels sont les garanties associées au contrat ?

Se renseigner sur les garanties du contrat de mutuelle

La qualité d’une mutuelle dépend également de la portée des garanties inclues dans le contrat. Certes, les principaux postes de dépenses santé sont présents sur la plupart des contrats, mais chaque établissement peut proposer des garanties propres qui vont influer sur le choix de votre mutuelle.

De ce fait, il arrive que certaines complémentaires prennent en charge des dépenses non-remboursées par la Sécurité sociale. Il s’agit notamment :

  • des prestations de médecine douce,
  • des soins d’orthodontie,
  • de certains soins d’optiques,
  • ainsi que certains traitements pour l’étranger.

Les taux et délais de remboursement

Outre la qualité des garanties, le taux de remboursement devra, lui aussi, être considéré lors du choix d’une couverture santé. En effet, les taux de remboursement ne seront pas les mêmes pour chaque poste de dépense, en fonction du profil d’assuré et des besoins.

Les établissements assureurs proposent plusieurs niveaux de remboursement qui indiquent, en pourcentage, le taux de remboursement des dépenses de santé. Le niveau de base est de 100% pour la plupart des mutuelles, ce qui correspond au remboursement de la totalité du ticket modérateur (part non-remboursée par l’Assurance maladie) de la prestation médicale concernée. À cet effet, les frais supplémentaires ou les dépassements d’honoraires de médecins seront toujours dus par l’assuré. Ainsi, pour bénéficier d’un niveau de remboursement plus conséquent, il est préférable d’opter pour des taux supérieurs.

D’une manière générale, le remboursement de la mutuelle santé ne s’effectue qu’après le premier remboursement de l’Assurance maladie. Les délais sont généralement de plusieurs semaines, sauf si l’assuré a réalisé sa déclaration à l’aide de la télétransmission.

Les contrats responsables

L’aspect du contrat responsable est crucial en matière de complémentaire santé, ce qui importe de vérifier que votre souscription comporte bel et bien cette notion. En clair, la vocation d’un contrat responsable consiste à assurer au moins une protection de base au bénéficiaire sans que celui-ci ne soit déresponsabilisé. Les établissements qui proposent ce label sont nettement plus réglementés, les autorités publiques leur exigeant d’inclure des minimums et maximums de remboursement pour chaque prestation.

De leur côté, les contrats non responsables, plus traditionnels, sont ceux qui proposent les prestations les plus généreuses mais sont soumis à un régime fiscal moins favorable. Notons que les établissements non responsables sont plus chers, d’autant plus qu’ils ne représentent qu’une part de 5 à 10% du marché français.

Le tiers-payant fonctionne-t-il ?
Le tiers-payant fonctionne-t-il ?

La notion de tiers payant

Indépendamment du délai de remboursement, il arrive que les mutuelles vous remboursent a posteriori vos dépenses, tandis que certains établissements vous dispensent d’avancer en cas de consultation ou d’achat de produits de santé chez des professionnels partenaires. L’on parle alors ici de « tiers payant ». En règle générale, les mutuelles sans tiers payant sont moins chères, puisqu’elles réduisent au minimum leurs frais de fonctionnement et n’incitent pas à la surconsommation.