Rester chez soi, tel est le mot d’ordre tant que dure le confinement tel que décrété par le gouvernement français pour tenter d’endiguer et de limiter la propagation des coronavirus en France. Ainsi, dans le contexte de crise sanitaire, nous devons tous nous adapter et trouver des alternatives à nos sorties divertissantes désormais interdites.

Lire, écrire, peindre, cuisiner, faire du sport, regarder des séries, s’amuser avec les enfants… on peut faire beaucoup de choses entre quatre murs. Outre le travail à distance pour certains, la « garde » des enfants pour d’autres, vous pouvez lire, regarder des films, faire du sport, cuisiner, jouer à des jeux vidéo, écrire, dessiner, peindre, chanter, jouer de la musique, danser, méditer, dormir… ou faire l’une des quatre activités qui ont « du sens », que nous allons vous proposer dans cet article.

#1 Faites pousser des plantes ou cultivez un potager

Le fait d’être coincé à la maison peut aussi être une occasion en or de renouer avec le sol et le cycle des plantes. Vous ne devez pas quitter la maison, mais il existe quelques détaillants qui proposent des services de livraison à domicile. Basilic, persil, menthe, origan… et si vous faisiez pousser vos propres condiments, en harmonie avec dame nature ? Documentez-vous sur ce qui pousse le mieux dans votre région à l’heure actuelle et comment le planter, commandez des graines, de la terre et des pots et salissez-vous les mains !

Comme vous vous familiariserez avec des termes tels que les heures d’ensoleillement, la quantité d’eau nécessaire ou l’humidité du sol, vous pourrez peut-être en profiter pour découvrir quels fruits et légumes poussent autour de vous et à quelles saisons. Si nous essayons d’avoir un régime alimentaire principalement basé sur ce qui pousse autour de nous, nous contribuons à relâcher la pression et la production de masse qui a souvent lieu dans les pays tropicaux en développement pour nourrir le monde entier.

Faire grandir vos plantes
Faire grandir vos plantes

#2 Revoyez (sérieusement) votre régime alimentaire

En ces temps compliqués où les restaurants et les fast-foods ont fermé boutique, nous sommes forcément plus conscients de la nourriture dont nous avons besoin et de ce qui se trouve dans notre garde-manger, dans notre réfrigérateur et dans nos assiettes à l’heure des repas. De plus, comme il n’y a pas de « rush » avec les transports en commun et le manque de temps (pour la plupart d’entre nous), cela peut être une bonne occasion de réfléchir à la nourriture que l’on mange. D’où vient-elle ? Comment est-elle produite ? Dépense-t-elle beaucoup d’eau ? Est-elle polluant ? Est-ce local ? Est-ce saisonnier ? Si vous avez du poisson, quelles sont les méthodes de pêche les plus courantes ? S’il s’agit de viande, comment les animaux sont-ils généralement élevés et comment sont-ils le plus souvent tués ?

S’il s’agit de tofu, comment est-il transformé ? C’est une bonne occasion de réfléchir et d’apprendre ce qu’il advient des aliments que nous achetons. La « durabilité » dépend fortement de la méthode de production utilisée par les producteurs. L’élevage de bétail peut avoir un impact très différent selon qu’il est nourri au soja ou à l’herbe. L’impact de la consommation de poisson dépend en grande partie du fait que l’espèce soit ou non sur-pêchée dans une certaine zone.

#3 Mettre de côté quelques vêtements pour les donner plus tard

Puisque vous passez tant de temps à la maison, que diriez-vous de dégager de la place dans votre garde-robe tout en faisant une bonne action ? Vous avez très certainement des vêtements que vous n’utilisez plus. Et si vous les donniez à ceux qui sont dans le besoin ? Au pire, vous pourrez toujours les revendre… ça fera toujours moins de textile produit et acheté neuf.

Et que dire de ces vieux vêtements troués et/ou déchirés ? Peut-être vaudrait-il les recycler pour les transformer chiffons, en objets de décoration ou encore en d’autres vêtements (un jean qui devient un short, par exemple) ? De quoi vos vêtements sont-ils principalement faits ? Nylon, polyester, acrylique ? Des microfibres qui finiront par atteindre les océans… Profitez de l’occasion pour en savoir plus sur l’industrie très polluante de la mode et du prêt à porter, et documentez-vous sur les marques responsables qui pourraient vous satisfaire à l’avenir sans doper votre bilan carbone. Peut-être pourrez-vous même réorganiser la façon dont vos vêtements sont rangés pour rendre votre quotidien plus agréable ?

Donner ses vêtements
Donner ses vêtements

#4 Rééquilibrez votre rythme circadien avec la lumière du soleil (ou la luminothérapie)

Le confinement a un impact inattendu sur nos organismes. Il nous prive de soleil, à l’heure où ses premiers (vrais) rayons comment à apparaître. Il faut savoir que la carence de la lumière du soleil peut provoquer un syndrome proche de la dépression, que l’on appelle le Trouble Affectif Saisonnier (TAS). Ce dernier se manifeste par une baisse d’énergie, une humeur maussade et triste, des troubles du sommeil, avec notamment des insomnies et/ou de la somnolence diurne, une nervosité, une altération de certaines fonctions cognitives ainsi que des troubles légers de la concentration.

Comme son nom l’indique, ce trouble est le plus souvent saisonnier (automne et hiver), mais certaines personnes montrent des symptômes péri-annuels. Pour y remédier et inviter la lumière du soleil chez vous, vous pouvez investir dans une lampe de luminothérapie. Il s’agit d’une source lumineuse, d’une puissance de 10 000 lux dans l’idéal, qui émet une lumière imitant le spectre du soleil. Vous pourrez ainsi rééquilibrer votre rythme circadien et rendre à rythme veille – sommeil son fonctionnement normal. Résultat : votre sommeil est sain et réparateur, votre humeur est au beau fixe, votre niveau d’énergie est optimal et vous respirez la santé, même confiné. A vous de jouer !