Le CBG ou encore le cannabigérol est un cannabinoïde non psychotrope issu de la plante du cannabis. Il se retrouve dans les plants de chanvre psychoactif et non psychoactif. Son taux de présence varie selon les variétés de la plante du cannabis. Vous le trouverez en faible quantité, ce qui rend son extraction difficile. Il est différent du CBD et du cannabis et son usage est assez méconnu du public. Nous vous présentons plus en détail ce cannabinoïde.

Le CBG : un cannabinoïde différent du CBD et du cannabis

Bien qu’il soit issu du cannabis, le CBG est totalement différent du cannabis et de tous ces autres composants tels que le CBD et le THC. Cette différence réside pour la plupart dans la structure chimique, du taux de concentration et de leurs affinités pour les récepteurs cannabinoïdes. La particularité de ces différents éléments est qu’ils ont une même provenance.

Le CBG et le cannabis

Originaire des zones équatoriales, la plante de cannabis se retrouve un peu partout sur toute l’étendue de la planète. Le cannabis est une drogue illicite qui est issue du chanvre indien. Son principe actif est le Delta Tetra-Hydro-Cannabinol encore appelé THC. Il peut entraîner une euphorie et une perte d’inhibition ou même un sentiment d’apaisement ou de soulagement selon la personne.

Le CBG n’entraîne aucune dépendance alors que le cannabis implique une dépendance physique et psychique. De nombreux effets secondaires sont dus au cannabis qui fait de lui un produit prohibé dans la plupart des pays contrairement au CBG. Ce dernier est extrait du cannabis. Vous pouvez en savoir plus sur ce qu’est le CBG qui est le parfait opposé du cannabis.

CBG cannabinoïde

Le CBG et le CBD

Le CBD est le second cannabinoïde le plus présent à l’état naturel dans le cannabis thérapeutique. Il est recherché pour :

  • Ses vertus anti-inflammatoires ;
  • ses vertus antidépresseurs.

Aucune dépendance ni addiction n’est due au CBD qui se consomme de plusieurs façons en fonction des produits. À ce jour, aucun effet secondaire notoire ne lui est attribué. La dégénérescence des neurones peut être réduite par l’intermédiaire du CBD. Il a un effet sur la nausée ainsi que sur la douleur.

La principale différence entre le CBD et le CBG se situe au niveau de leurs compositions chimiques. Le CBG est considéré comme le cannabinoïde mère et il est le précurseur du CBD. Le CBG entre dans la composition du CHD. Le CBG est plus difficile à extraire que le CBD. L’estimation du taux de présence du CBG est de 1 % alors que celui du CBD est de 10 % avec un degré de variation assez important.

La méconnaissance du CBG par le grand public

Le CBG est encore méconnu par un plus grand nombre, car beaucoup d’études sont encore en cours sur ces propriétés thérapeutiques. Ces études pourraient avoir d’importants effets dans les jours à venir. Il fait l’objet d’un vide juridique total en France comme dans plusieurs pays d’Europe. Contrairement aux autres dérivés du cannabis, le CBG reste encore assez secret.

Les effets du CBG

Il faut noter que la recherche en est toujours à ses tous débuts. De nos jours, on remarque que beaucoup d’éléments sur le CBG restent à apprendre. Les études précliniques ont révélé que ce dernier n’est pas toxique et est influencé par les récepteurs CB1 et CB2. Les récepteurs étant répartis dans tout le corps, son impact potentiel sur votre psychologie peut être très important.

Les chercheurs sont cependant très positifs quand il s’agit du potentiel du CBG. Les études menées sur le CBG portent sur les maux tels que le glaucome, les inflammations, la maladie du Huntington et même sur les bactéries qui résistent aux médicaments. Certains résultats disent que le CBG aurait un impact sur l’anxiété et aurait des propriétés anti-inflammatoires, antifongiques et antioxydantes.

Les aspects légaux du CBG

Bien que moins connu, le CBG est actuellement légal en France, mais également dans tous les pays européens. Les pays ayant l’euro en commun reconnaissent et consomment ainsi légalement les produits CBG dont le taux de THC est en dessous de 0,2. Du point de vue juridique, les produits à base de CBG sont moins problématiques que les autres.

Nous devons cependant souligner que le CBG n’a pas été autorisé comme un médicament. Le cadre juridique international lui reconnaît une certaine légalité non avouée. Pour preuve, le CBG ne se retrouve pas sur les listes définies dans la convention unique sur les stupéfiants de 1961 de l’ONU. Il n’est régulé également par aucun autre traité international.

Aujourd’hui méconnu du monde, le CBG a probablement un avenir prometteur devant lui. Les études aboutiront et le CBG aidera à la création de nombreux médicaments.