Sélectionner une page

La perte d’un être cher est une épreuve douloureuse. Pour la famille en deuil, il est indispensable de rendre hommage au défunt et de le célébrer avant de lui dire adieu. Afin d’aller de l’avant, l’enterrement est une étape indispensable. Cet évènement suit des codes bien précis suivant les cultures, mais il reste des principes à respecter.

Les démarches administratives et la préparation du corps

Aussi difficile que soit le décès d’un proche à vivre, les membres de la famille sont tenus de faire les démarches administratives liées à sa disparition, ou de demander assistance à des professionnels du funéraire. Plus particulièrement, il s’agit de faire la déclaration de décès auprès des organismes d’état-civil, mais également auprès des banques et autres institutions financières avec lesquelles le défunt était en relation. Pour faciliter les démarches post-décès, il est commun de s’adresser à des professionnels comme  reposeo.com.

Une fois cette étape de déclaration de décès effectuée en prélude de l’enterrement vient le moment de la préparation du corps en vue des obsèques. La préparation du corps se fait par des instituts reconnus et spécialisés dans ce genre de tâches : il s’agit des pompes funèbres. La préparation du corps du défunt (toilette mortuaire) consiste à nettoyer le défunt, l’habiller et si possible le maquiller. Des soins plus complets, qui ont pour but de stopper les processus naturels de la dégradation des corps ou embaumement, peuvent être accomplis par un thanatopracteur. Dans la plupart des cas, la préparation du corps se fait en vue de l’étape suivante qui est la mise en bière, c’est-à-dire la fermeture du cercueil. Des conseils pour mieux gérer la succession d’un proche, consultez le site Ecodroit.

La veillée du corps : une pratique toujours actuelle

Bien qu’elle soit une cérémonie moins répandue depuis quelques décennies, la veillée mortuaire demeure persistante dans certaines familles et précède l’enterrement, dans certaines régions de France. Elle est présente surtout dans les familles croyantes (quelle que soit la religion bien entendue). Les rites observés lors de la veillée mortuaire peuvent quant à eux différer selon le culte du défunt. Mais le principe reste le même en ce sens qu’il s’agit de veiller le corps du défunt jusqu’aux funérailles et ainsi, communier avec l’âme de ce dernier. Cela peut s’expliquer par le fait que, selon certaines croyances, l’âme du défunt est toujours près du corps pendant encore quelques jours après le décès. On peut donc communiquer avec elle par l’esprit.

Généralement, avant l’enterrement, la veillée mortuaire a lieu au domicile du défunt. Mais s’il y a un manque d’espace au domicile de ce dernier, la veillée mortuaire se fait en chambre funéraire. Il est possible de solliciter les services d’une entreprise funéraire dans l’optique de l’organisation de cette veillée permanente.

La mise en bière

C’est l’étape au cours de laquelle les parents, amis du défunt se recueillent autour du cercueil ouvert du défunt. Le corps préparé du défunt repose à l’intérieur, et chaque proche dispose de quelques minutes pour se recueillir avant l’enterrement. Se recueillir devant la dépouille d’un proche décédé permet de se confronter au départ de celui-ci.

Après le recueillement, l’entreprise des pompes funèbres procède à la fermeture du cercueil puis amorce son acheminement vers le lieu de la mise en terre.

Cimetière

L’inhumation : le dernier adieu

Il faut remarquer que dans certaines contrées et familles, a lieu la cérémonie d’hommage pour le défunt. Cette cérémonie peut être laïque ou religieuse dépendamment de la croyance de chacun. Ainsi, au cours de cette cérémonie, la parole est donnée aux proches pour rendre un dernier hommage à l’illustre disparu.

La cérémonie d’enterrement du défunt quant à elle est l’étape la plus difficile à vivre pour les proches. C’est le moment de la mise en terre et du dernier « au revoir ». Une fois près de la sépulture viennent l’instant des dernières prières, les dernières lectures de poème et les ultimes paroles d’hommage. Le cercueil est ensuite descendu dans la tombe et chacun peut y déposer des pétales de fleurs ou une poignée de terre.