Les conséquences de la pandémie du coronavirus, qui a tué depuis 2019, plus de 2 millions d’individus dans le monde, sont nombreuses. Les rues de plusieurs capitales mondiales sont restées vides pendant des semaines à cause du confinement. Plusieurs compétitions sportives ont été reportées ou simplement annulées. Mais au-delà de ces faits peu habituels, ce virus impose l’instauration des gestes barrières et le port du masque. Parmi les nombreux masques covid disponibles sur le marché, certains ont une préférence pour les modèles en tissu car ils sont moins onéreux et surtout réutilisables. Ces derniers ont pourtant la réputation d’être moins efficaces pour protéger contre la covid-19. Mais qu’en est-il réellement ?

UNS1 : le masque covid en tissu efficace

La question de l’efficacité des masques en tissu soulève encore de nombreuses interrogations. Pourtant, les masques en tissu déconseillés au début de la pandémie sont aujourd’hui recommandés par le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP). Il ne s’agit tout de même pas de tous les masques faits dans cette matière, mais uniquement ceux de catégorie 1 (UNS1).

Le masque en tissu de catégorie 1 pour se protéger du coronavirus

La pénurie de masques au début de la pandémie a obligé les chercheurs à trouver une alternative aux masques chirurgicaux. Il fallait en effet trouver des matières pour réaliser des masques grand public. De nouveaux types de masques à usage non sanitaire ont ainsi été fabriqués dans le but de protéger contre la projection des gouttelettes. Respectant les spécifications de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du travail (ANSES) et celles de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), ces chercheurs ont créé les masques en tissu de catégorie 1 (UNS1) et de catégorie 2 (UNS2) avec des efficacités diverses.

les masques en tissu sont-ils moins efficaces contre le coronavirus

La composition du masque UNS1

Ce masque est doté de cinq couches maximum : deux en coton et trois en polypropylène. Il répond à des normes sanitaires spécifiques (AFNOR) et permet de filtrer les gouttelettes infectieuses à 90% des particules. Les masques de catégorie 1 sont fabriqués à base de tissu souple pour une bonne étanchéité. L’Institut français du textile et de l’habillement (IFTH) révèle qu’il faut utiliser 80g/m² de tissage de soie ainsi que de coton et 115g/m² de maille polaire pour un meilleur rendu final.

Les critères techniques requis pour ce type de masque

Le décret du 27 janvier 2021 définit des critères à respecter pour commercialiser un masque en tissu de catégorie 1 :

  • La forme du masque doit permettre de l’ajuster sur le visage tout en couvrant le menton et le nez. Le masque ne doit pas avoir de coupure sagittale,
  • Le masque en tissu doit avoir une perméabilité de l’air estimé à 96 litres/m² par seconde et une dépression de 100 pascals,
  • Il doit permettre un port de 4 heures sans étouffement,
  • Les niveaux de performances doivent être maintenus après 5 lavages minimum lorsqu’il peut être réutilisé.

Le masque covid en tissu de catégorie 1, obligatoire en milieu scolaire

Les élèves du primaire, du collège, des lycées et tous les enfants d’au moins 6 ans, ainsi que les agents de ces établissements, ont l’obligation de porter des masques en tissu de catégorie 1 ou chirurgicaux depuis le 1er février 2021. Et ce, à l’extérieur ou à l’intérieur des établissements.

La fabrication des masques en tissu est dorénavant réglementée par les normes de L’Association française de normalisation (AFNOR), leur donnant plus de crédibilité. De plus, ce type de masque est rendu obligatoire dans le milieu scolaire pour freiner l’évolution du coronavirus qui continue de faire de nombreuses victimes.