Peau ridée et fine, arthrose, fatigue, cellulite, ostéoporose… Les maux qui accompagnent le vieillissement sont considérables. Et si votre organisme manquait tout simplement de collagène, le deuxième plus grand constituant du corps après l’eau ? Focus sur cette protéine essentielle à l’organisme humain.

Les peptides de collagène, de plus en plus recommandés

Les peptides de collagène sont des formulations à base de peptides et de protéines (plus de 90 %) en particulier la glycine et la proline (absentes de l’alimentation moderne). Ils proviennent de sources bovines, marines ou porcines et sont présentés en majorité sous forme de poudre à consommer. Grâce à leur faible structure moléculaire et à l’hydrolysation du collagène, leur absorption par l’organisme est facile.

Au vu des bienfaits du collagène pour la santé que nous aborderons un peu plus loin, les peptides de collagène constituent une excellente alternative en complément à une alimentation déficitaire (pauvre en bouillons d’os, soupes de poisson faites maison, abats…). Vous pourrez en savoir plus sur les peptides de collagène sur Nutripure afin de mieux discerner leur utilité. Certaines formules peuvent vous aider à lutter contre les tendinites et les douleurs articulaires. En participant à la régénération des tissus, ils contribuent également à votre bien-être.

peptides de collagène

Le collagène, une protéine structurelle

Le collagène est la protéine la plus abondante de l’organisme humain (environ 30 % de l’ensemble des protéines) et est produit naturellement par des cellules de l’organisme. Il est composé de plusieurs acides aminés dont les principaux sont la glycine, la proline et l’hydroxyproline. On distingue 28 types de collagène dont les trois premiers sont les plus importants, mais également les plus abondants (80 à 90 %).

Le collagène de type I est présent autour des fibres musculaires et dans :

  • la peau,
  • les parois des vaisseaux sanguins,
  • les tendons,
  • la cornée,
  • les tissus osseux,
  • les dents.

Le collagène de type II est produit par les chondrocytes, des cellules du tissu cartilagineux. On le retrouve dans les cartilages à hauteur de 50 % ainsi que dans l’humeur vitrée de l’œil. Tout comme le collagène de type I, le collagène de type III est produit par les fibroblastes et les ostéoblastes, respectivement des cellules du tissu conjonctif et du tissu osseux. Il est aussi présent dans la paroi des vaisseaux sanguins, la peau, les intestins et l’utérus.

De façon physiologique, la synthèse du collagène diminue avec l’âge, et ce à partir de 25-30 ans. Cette baisse est de l’ordre de 1 % par an et peut être accélérée par des facteurs externes comme le tabagisme, le photo vieillissement, l’alimentation moderne ou la pollution. Cependant, il est possible de compenser cette baisse par une supplémentation en collagène avec des formulations qui combinent des peptides au collagène afin d’optimiser son action.

Quelles sont les fonctions du collagène ?

Étymologiquement, le mot « collagène » vient du grec « kolla » qui signifie « colle » et de « gène » qui veut dire « qui engendre ». Le collagène est donc une sorte de liant qui maintient ensemble les différents tissus et organes de l’organisme : peau, os, cartilages, muscles, tendons, ligaments, etc. Il assure la cohésion des tissus et des organes grâce à l’élastine et aux glycoprotéines qu’il contient. En outre, il leur confère hydratation, souplesse et résistance mécanique.

Le collagène rend la peau ferme, optimise son hydratation grâce à son pouvoir d’absorption. En outre, il favorise la cicatrisation rapide des plaies. En ce qui concerne les articulations, le collagène prévient les douleurs, la raideur articulaire et améliore les capacités motrices. Quant à l’os, il lui confère sa résistance.