La perte d’un proche est toujours une épreuve difficile à surmonter. Cela l’est encore plus si celui-ci est un membre de la famille nucléaire. Même après de plusieurs années après son décès, la mémoire du défunt reste toujours ancrée dans les esprits. La pandémie du coronavirus a été particulièrement mortelle ces deux dernières années. 

La maladie tue rapidement et la mort intervient soudainement. Mais pire encore, les personnes qui en meurent sont enterrées rapidement sans que ses proches puissent lui donner des funérailles dignes de ce nom. Cela rend le deuil particulièrement lourd à supporter. Voici donc quelques conseils pour surmonter cette dure épreuve en ces périodes de confinement. 

Rendre un dernier hommage à la personne décédée

Rares sont ceux qui ont pu assister aux derniers instants de leur proche mort du covid19. La majorité n’a su le décès et l’enterrement de leur être cher via un appel téléphonique des autorités responsables.

Ils ont été privés de cet ultime et dernier moment où ils verront une toute dernière fois la personne décédée. Cela rend le deuil encore plus terrible, car, faut d’y avoir assisté, ils imaginent leur poche aux portes de la mort, seule et abandonnée.

 Or, ce ne sont que des images. Pour les chasser, on peut toujours rendre un dernier hommage au défunt. Certains choisissent de payer les obsèques, voir ici pour plus d’infos sur le sujet.

D’autres offrent aux défunts, une plaque mortuaire. De nombreuses entreprises proposent différents modèles personnalisés. Ce sont des plaques uniques en leur genre et fabriquées à la main. 

Cela leur donne encore une valeur sentimentale. On peut y mettre tout simplement une photo de la personne ou bien un dernier message d’adieu. D’ailleurs, en choisissant la photo dans un album, on revit les moments passés avec elle.

Femme endeuillée

L’importance du deuil : ne pas passer outre

Le deuil est la réaction due à la perte d’un être cher ou d’une chose très importante. On peut le rapprocher aussi du sentiment qui prend place à la suite de ce triste évènement. Il est primordial de le vivre pleinement. 

Pourtant beaucoup de personnes pour une raison ou pour une autre ne veulent pas faire leur deuil ou ne trouvent pas réellement de temps à y consacrer. Bien souvent, elles ne veulent pas se sentir endeuillées, car elles n’acceptent pas le décès de leur proche. 

Cela ne signifie pas qu’elles vont passer outre. Tôt ou tard, le sentiment de manque revient ou devient plus fort. Plus on le fuit plus, son impact sera puissant. Aussi, il vaut mieux ne pas essayer de refouler ce sentiment d’amertume et de mélancolie. 

Certes, cela va engendrer des douleurs parfois plus insupportables que les blessures physiques. Mais ce passage est bien d’une manière ou d’une autre obligatoire. Alors, autant l’affronter le plus tôt possible. Quoi qu’il en soit, mieux vaut ne pas se forcer. Parfois, il est simplement conseillé de laisser les choses comme elles sont et elles viennent. SI le deuil demeure compliqué à gérer, n’hésitez pas à consulter un psychologue.