Le psychologue est un professionnel du domaine paramédical qui apporte une aide psychologique aux personnes dans le besoin grâce à des thérapies. Plusieurs situations qui engendrent une souffrance psychique telle qu’une rupture, un deuil, un burn-out, ou encore un stress post-traumatique peuvent vous conduire vers ce praticien. Et non ! Consulter un psychologue ne fait pas de vous un fou.

Vous êtes déprimé, anxieux ou en proie à des insomnies depuis fort longtemps ? Il est peut-être temps d’en finir avec ce mal-être. Découvrez dans cet article, tout ce qu’il faut savoir sur ce praticien avant de consulter.

Le psychologue : quelle aide peut-il apporter ?

Contrairement au psychiatre qui est avant tout un médecin, le psychologue est un spécialiste de l’esprit, titulaire d’un diplôme universitaire : licence + master en psychologie ou diplôme de psychologue de l’École des psychologues praticiens. Cette certification lui donne l’autorisation de traiter les patients seulement par la parole, en l’occurrence par des psychothérapies. Sa mission principale consiste à accompagner les personnes en souffrance psychique par l’écoute et la parole. Il n’est pas autorisé à prescrire des médicaments, mais il peut consulter sans prescription médicale préalable.

Le psychologue peut se spécialiser en neuropsychologie, en psychopathologie générale ou en psychologie du travail… Selon le courant de pensée auquel il appartient, il dispense l’un ou l’autre des types de thérapies suivantes :

  • thérapies cognitivo-comportementales
  • psychothérapie d’inspiration psychanalytique
  • thérapie humaniste
  • thérapie interactionnelle, etc.

Il est possible de vérifier la qualification de n’importe quel psychologue à Nancy ou toute autre ville de l’hexagone en se renseignant auprès des ARS (Agence Régionale de Santé). Tous sont enregistrés sous un numéro qui figure dans le registre ADELI, accessible au grand public. Ils peuvent exercer dans le privé comme dans le public : hôpitaux, centres de santé, associations, institutions publiques ou privées (justice, école, entreprises, etc.)…

crise d'angoisse

Pourquoi et quand faut-il consulter un psychologue ?

Selon une enquête de YouGov, 1 Français sur 3 a déjà eu recours une fois dans sa vie à un psychologue. Chez les jeunes adultes, principalement dans la tranche d’âge des 18-24 ans, on compte 37 % de personnes contre 39 % des 45-54 ans. Une pratique qui n’est donc pas si tabou. Pourtant, beaucoup de personnes continuent de penser à tort que le psychologue ne soigne que les démences. Alors qu’il existe un spécialiste des pathologies mentales graves. Et c’est le psychiatre. Comprendre cette distinction permet de savoir vers quel praticien se tourner en cas de problèmes et évite de laisser traîner trop longtemps un mal-être qui relève de la compétence du psychologue.

Toute détresse psychologique, toute addiction ou tout trouble du comportement qui paralyse tous les aspects de votre vie (sociale, familiale, professionnelle…) doit vous emmener à consulter un thérapeute. L’expression de cette souffrance varie d’un individu à un autre. Mais si vous présentez les symptômes suivants de façon chronique, il est fort probable que vous ayez besoin d’un suivi psychologique :

  • angoisse
  • pensées incontrôlables
  • manque de motivation
  • mal-être
  • tristesse
  • trouble du sommeil, etc.

Certains individus vont présenter des troubles organiques (ulcère, maladies infectieuses, crises d’asthme…) et psychosomatiques répétés, liés à un stress chronique.

Il n’existe pas de moment idéal pour consulter un psychologue. Vous êtes le seul à prendre cette décision. C’est vous qui définissez « votre bon moment ». La nécessité de se faire aider devient une évidence lorsqu’on a atteint ses propres limites et que l’aide de l’entourage (amis, famille) ne suffit plus. Cela suppose que vous êtes conscient que plus rien ne va et acceptez avoir besoin d’aide.

N’attendez pas d’être au bord du gouffre avant de vous décider. Chaque fois que vous vous sentez mal dans votre peau et dans votre être, chaque fois que vous n’arrivez pas à mettre des mots sur votre mal-être, c’est le moment où jamais de recourir à une personne compétente. Le psychologue est celui qui vous conduit vers la guérison, le bonheur et la paix intérieure. En vous mettant face à vous-mêmes, à votre histoire, il vous conduit à l’acceptation de soi, à reprendre confiance en vous et en la vie.

Quels sont les critères pour choisir son psychologue ?

Décider de consulter un psychologue n’est pas chose aisée. Et trouver le bon, encore moins. Ceci, en raison de la nature même de la profession. Ce n’est pas tant qu’il existe de mauvais thérapeutes, mais le meilleur thérapeute pour Philippe peut ne pas convenir pour Alice. La psychologie humaine est complexe et les méthodes de traitement varient d’un thérapeute à un autre. En ce sens, trouver le psychologue qui vous convient peut prendre un certain temps. Armez-vous de patience, car cette étape déterminera le résultat final.

Annuaire des psychologues, sites internet, bouche-à-oreille ou recommandations médicales, les moyens pour trouver un psychologue sont divers. Mais avant, il est important d’identifier le profil du praticien que vous désirez consulter. Le sexe du thérapeute est-il un critère important pour vous ? Êtes-vous en quête d’un psychologue clinicien ou au contraire d’un psychologue cognitif ? Vos recherches seront affinées dans ce sens.

Après avoir réglé ces paramètres, vous pouvez vous mettre à la recherche du psychologue potentiel. Veillez à ne pas avoir le même thérapeute que votre meilleur ami ou un membre de votre famille. Car cela pose un problème éthique. Par ailleurs, il est préférable que votre psy réside dans votre région ou dans les alentours pour faciliter le suivi thérapeutique. La distance peut facilement devenir un frein à la poursuite du traitement.

Dans tous les cas, l’ultime élément décisif est le premier contact. C’est généralement la première séance qui permet de se faire une idée. L’alchimie qui s’opère, le professionnalisme du psychologue, la facilité que vous avez à lui confier vos peurs les plus intimes sont de bons indicateurs. N’hésitez pas à poser toutes les questions qui vous viennent à l’esprit : qualifications, spécialité, tarifs, cadre d’activité (divan, exercices…), etc.

Si cette première rencontre n’est pas concluante ou ne correspond pas à vos attentes, continuez vos recherches. Cependant, gardez à l’esprit que le problème peut également venir de vous. Sachez faire la part entre une incompatibilité et une résistance à la thérapie de votre part. Enfin, le remboursement de la consultation psychologique est soumis à des conditions. Renseignez-vous auprès de votre mutuelle santé sur les conditions.

Comment se déroule la première séance ?

Si vous avez franchi le cap, félicitez-vous. Vous venez de remporter une première victoire. Comme précédemment dit, la première consultation est une prise de contact entre les deux parties. Elle est gratuite chez certains thérapeutes, mais tourne en moyenne autour de 60 euros. Cette séance permet au thérapeute d’observer, d’écouter et de poser des questions au patient. L’objectif de cette consultation est de déterminer le profil du patient, d’identifier le ou les troubles qu’il présente et de proposer la thérapie appropriée.

Pour cela, le psychologue s’enquiert du motif de votre consultation et pose des questions qui relèvent de la vie privée selon le problème qui lui est présenté. C’est également au cours de cette séance que sont définis les modalités de paiement, le type de thérapie à mettre en place, le nombre de séances, etc. Ce premier rendez-vous ne vous engage à rien. Vous êtes libres de continuer la collaboration ou non si le feeling ne passe pas.

Thérapies cognitivo-comportementales

Les thérapies cognitivo-comportementales ou TCC sont l’une des psychothérapies en vogue de nos jours. Ce sont des approches brèves et concrètes utilisées par les psychologues pour traiter leurs patients. Le rôle du thérapeute consiste à aider le patient à identifier les mécanismes responsables de ses difficultés ainsi que les comportements pour s’en sortir. Leur champ d’application concerne les troubles du comportement et les addictions : tabagisme, la boulimie, les phobies, les troubles du sommeil, etc. Les TCC sont souvent employées en association avec un traitement médicamenteux.

Osez demander de l’aide quand vous êtes au plus bas. Ça ne peut que vous faire du bien. Prenez le temps qu’il faut pour trouver le thérapeute idéal. Votre bien-être psychique et votre épanouissement en dépendent.