Sélectionner une page

Lycopodium est un remède homéopathique fabriqué à partir du pollen de Lycopodium clavatum, une fougère appartenant à la famille des Lycopodiacées. Ce remède est indiqué pour les troubles intestinaux, la constipation, ainsi que pour les problèmes liés au métabolisme. Il est également utilisé pour le traitement des maladies des voies urinaires. Le médicament convient lorsque le sujet a généralement un appétit vorace, qui se calme rapidement après avoir mangé quelques bouchées. Il se réveille avec un sentiment de faiblesse et de faim. Il souffre d’indigestion, d’éructations et de brûlures d’estomac, et a une distension abdominale avec beaucoup de gaz.

Comment est préparé le remède ?

Lycopodium (Lycopodium clavatum) est une plante à feuilles persistantes vivace qui pousse dans les pâturages, les forêts et les landes de la Grande-Bretagne, de l’Europe du Nord et de l’Amérique du Nord. Il a une tige mince qui traîne sur le sol et des branches verticales qui poussent à une hauteur de 7,5-10 cm.

La plante appartient à la famille des lycopodiacées et est apparentée aux mousses et aux fougères. On l’appelle parfois lycopode officinal. D’autres noms incluent « herbe aux massues » ou « lycopode en massue ».

Le pollen jaune pâle recueilli à partir des spores est utilisé pour fabriquer le remède homéopathique appelé Lycopodium. Le pollen est inodore, résistant à l’eau et hautement inflammable. Pour cette raison, il était utilisé dans les feux d’artifice. Il a était également utilisé pour créer un revêtement pour les pilules.

Les spores de la plante sont collectées à la fin de l’été. Le pollen est extrait des spores et dilué avec du sucre et du lait. Lycopodium est disponible dans les magasins d’aliments naturels et les pharmacies sous diverses formes: teintures, comprimés et pellets.

Les premiers médecins utilisaient la plante pour stimuler l’appétit et favoriser la miction, ainsi que l’excrétion d’autres liquides organiques. Lycopodium a également été utilisé dans le traitement des flatulences, des rhumatismes, de la goutte et des affections pulmonaires. C’était une référence dans la prise en charge des maladies des enfants et des jeunes filles.

Au 17ème siècle, le pollen était utilisé comme remède interne contre la diarrhée, la dysenterie et les rhumatismes. À l’extérieur, le pollen était un traitement pour les plaies et les maladies de la peau telles que l’eczéma. La plante entière était utilisée pour soigner les maux de rein.

Le nom a des origines grecques et signifie « pied de loup » (« Lykos » : loup et « podos » : pied). Ces plantes poussent dans les pâturages et les forêts, à des altitudes pouvant aller jusqu’à 2500 mètres. Elles poussent aussi bien dans les zones tempérées que dans les montagnes tropicales.

Traitement homéopathique Lycopodium

Quels sont les usages généraux de cette spécialité homéopathique ?

Lycopodium est prescrit par les homéopathes pour les affections aiguës et chroniques telles que :

  • les maux d’oreille
  • les maux de gorge
  • les troubles digestifs
  • les difficultés des voies urinaires
  • l’hépatite
  • la prostatite
  • les affections oculaires

Le remède agit sur les tissus mous, les vaisseaux sanguins, les os, les articulations, le foie et le cœur. Il est également recommandé dans le traitement :

  • des maux de dos
  • des irritations
  • des fièvres
  • des intoxications alimentaires
  • des ulcères de la bouche
  • des oreillons
  • du rhume
  • des crampes musculaires
  • la constipation
  • la toux
  • la cystite

Il est très souvent indiqué dans les premiers stades de la pneumonie.

Les affections répondant à ce remède apparaissent généralement sur le côté droit du corps et se propagent ensuite de la droite vers la gauche ou de haut en bas. Les symptômes sont pires entre 16h00 et 20h00. Ils empirent aussi avec des aliments et des boissons froids.

L’épuisement et la maladie peuvent s’installer après beaucoup d’efforts physiques. Les symptômes sont généralement aggravés par le froid, à l’exception des symptômes de la tête et de la colonne vertébrale, qui sont aggravés par la chaleur. Les symptômes sont atténués par le plein air, les boissons chaudes et les mouvements.

Quel est le profil du patient type de ce remède ?

Les maux liés au Lycopodium sont souvent le résultat de la colère, de l’horreur, du chagrin, de la déception, de la peur, de l’effort mental, des excès sexuels, de la suralimentation ou de la consommation d’alcool. Les patients lycopodiques typiques sont les adultes alcooliques, timides et craintifs.

Ils sont également irritables et dominateurs. Ce sont parfois des intellectuels forts d’esprit mais faibles de corps. Ces derniers ont généralement l’air plus âgés et leurs cheveux deviennent gris prématurément.

Les enfants qui ont besoin de ce remède sont sujets à une amygdalite et à des infections bronchiques. Ils ont des accès de colère s’ils n’obtiennent pas ce qu’ils veulent et n’aiment pas les siestes. Ils frappent souvent des pieds et poussent des cris au réveil.

Les patients, chez qui ce médicament est efficace, peuvent être prédisposés aux affections pulmonaires, aux gaz et aux calculs biliaires. Ils ont un système digestif faible et souffrent souvent de dyspepsie, de colite ou de gastro-entérite. Ils sont rassasiés peu de temps après le début d’un repas ou n’ont plus d’appétit dès qu’ils se mettent à manger.

Ils peuvent avoir envie de sucreries et détester les huîtres, les oignons, le chou et le lait. Leurs estomacs sont très souvent gonflés. Leurs symptômes sont aggravés par les boissons froides, la bière, le café ou les fruits. Ils peuvent devenir somnolents après avoir mangé.

L’insécurité et la lâcheté sont des symptômes généraux. Les patients types de ce remède sont généralement préoccupés par ce que les autres pensent d’eux. Ils ont peur de beaucoup de choses, en particulier la mort, l’obscurité, la foule et les nouvelles situations. Ils peuvent aussi essayer de cacher leurs peurs en devenant hautains ou dominateurs.

Les personnes qui ont besoin de Lycopodium ont généralement une soif de sucreries, désirent des boissons chaudes, ont peu soif et veulent de l’air frais. Ces patients sont fréquemment constipés et souffrent d’hémorroïdes.

Soif de sucreries

Quelles sont les indications spécifiques ?

Les indications physiques sont la faim avec une plénitude soudaine, l’urine de couleur rouge, les gaz, la fatigue, un engourdissement des doigts ou des orteils et un tremblement des membres. Des affections hépatiques telles que la cirrhose, l’hépatite, la dégénérescence graisseuse du foie et le cancer du foie justifient l’utilisation de ce remède.

Des maux de tête périodiques surviennent parfois à la suite des troubles digestifs. Si les patients manquent un repas, ils peuvent avoir des maux de tête, qui sont soulagés par la nourriture. Le mal de gorge typique de ce remède est situé sur le côté droit et le patient a les amygdales enflées. La voix est enrouée et le mal est atténué par des boissons chaudes.

Le rhume indiquant l’utilisation de ce remède s’accompagne d’un mal de tête, d’un jaunissement des muqueuses et d’un nez sec et bouché. Le patient doit parfois respirer par la bouche. La toux indiquant Lycopodium est constante, profonde et grasse. La poitrine est serrée et le mucus expulsé est salé, épais et gris. La toux est pire le soir.

Des affections oculaires, dans lesquelles les yeux sont enflammés, peuvent se développer. Lorsque des douleurs abdominales sont présentes, elles sont de nature pressante. Les gaz sont accompagnés d’un abdomen gonflé qui est soulagé après avoir passé une expulsion de gaz. Les gaz s’empirent après avoir mangé.

Les douleurs articulaires répondant favorablement à ce remède sont généralement des douleurs déchirantes qui commencent du côté droit et s’étendent vers le côté gauche. Les articulations des genoux et des doigts sont particulièrement raides. Les douleurs sont atténuées par les mouvements continus ou la chaleur. Elles s’aggravent avec la fièvre et lorsque les patients sont assis.

Le patient type a un visage pâle et maladif qui est souvent couvert d’éruptions cutanées. L’eczéma, le psoriasis, les éruptions cutanées, les éruptions herpétiques et les taches brunes et jaunes sur la peau sont courants.

Les hommes peuvent être impuissants. Les femmes souffrent parfois d’inflammation et de douleurs des ovaires et de l’utérus. La douleur affecte généralement l’ovaire droit plus que le gauche.

Lycopodium peut-il être un espoir pour les malades du cancer ?

L’un des développements les plus intéressants de la lutte contre le cancer a été publié en 2013 dans le Journal of Acupuncture and Meridian Studies. De nouvelles recherches montrent que le remède homéopathique Lycopodium Clavatum détruisait les cellules cancéreuses, tout en protégeant les cellules normales.

Le rapport du laboratoire Boiron en France et de l’Université de Kalyani en Inde révèle que les remèdes hautement dilués à base de Lycopodium Clavatum (LC-5C et LC-15C) sont capables d’induire une apoptose (mort cellulaire) dans les cellules cancéreuses du col de l’utérus. Les chercheurs pensent qu’on peut l’utiliser comme médicament de soutien dans le traitement du cancer.

L’industrie du cancer, qui pèse 200 milliards de dollars par an, cherche désespérément à convaincre le monde que la chimiothérapie, la radiothérapie, les médicaments toxiques et la chirurgie sont les seuls traitements éprouvés de la maladie, dans un contexte de demande croissante de médicaments anticancéreux.

Ce n’est pas la première fois qu’un remède homéopathique se révèle efficace contre le cancer. Deux études précédentes ont produit des résultats tout aussi passionnants. Frenkel, M. et al. (2010) ont utilisé des remèdes ultra-dilués de Phytolacca, Carcinosin, Conium et Thuja sur des cellules cancéreuses du sein et ont observé une désactivation du cancer dans le cadre d’un processus appelé cytotoxicité.

Une autre équipe, dirigée par Toliopoulos IK, Simos Y, Bougiouklis D et Oikonomidis S (2013), a découvert que certains complexes homéopathiques étaient capables de stimuler l’activité anticancéreuse des cellules tueuses naturelles chez les patients cancéreux.

Bien que des cellules cancéreuses du col utérin aient été utilisées dans l’étude, les résultats suggèrent que Lycopodium Clavatum pourrait aider à lutter contre d’autres types de cancer. Le fait que les médicaments homéopathiques se soient avérés efficaces pour tuer sélectivement les cellules cancéreuses justifie des recherches supplémentaires. Les chercheurs ont l’espoir que l’homéopathie puisse être utile à l’avenir pour traiter une grande variété de patients atteints de cancer.

Comment prendre Lycopodium ?

Lycopodium se présente sous la forme de comprimés sublinguaux. Il faudra les placer sous la langue et les laisser dissoudre. Il faudra les prendre lorsque la bouche est dans un état naturel, une demi-heure avant ou après les repas, le brossage des dents ou la consommation de tout autre produit que de l’eau.

Sauf indication contraire du médecin, les adultes devront prendre 10 pastilles de 6 C toutes les heures. À mesure que les symptômes s’améliorent, il faudra diminuer la fréquence des prises à toutes les 4 heures, puis deux fois par jour. Il faudra arrêter le traitement lorsque les symptômes disparaissent.

10 granules de 30 C pourront être pris jusqu’à 3 fois par jour. À mesure que les symptômes s’améliorent, il faudra diminuer la fréquence des prises  jusqu’à une fois par jour. Il faudra arrêter le traitement lorsque les symptômes disparaissent.

Pour les dosages compris entre 200 C et 1 M, il faudra prendre 10 pastilles une fois par semaine. Lorsque les symptômes disparaissent, il faudra arrêter le traitement. Pour les fortes puissances, il est conseillé de consulter un praticien compétent.

Quelles précautions faut-il observer lors de la prise de ce médicament ?

Les médicaments homéopathiques sont sûrs et remarquablement exempts d’effets secondaires. L’état du malade peut nécessiter des soins particuliers et il faudra veiller au strict respect des consignes du médecin.

Si le mal s’aggrave ou persiste pendant plus de 2 jours, il faut consulter un médecin. Cette précaution devra également être observée si le malaise est accompagné ou suivi de fièvre, de maux de tête, d’éruptions cutanées, de nausées ou de vomissements.

En cas de traitement par indigestion, il ne faut pas prendre plus de 24 comprimés ou 80 pellets par période de 24 heures. Il ne faut pas non plus utiliser la dose maximale de ce produit pendant plus de 2 semaines, sauf sur les conseils et l’avis d’un médecin. Comme avec tout médicament, les personnes enceinte et celles qui allaitent doivent demander l’avis d’un professionnel de la santé avant d’utiliser ce produit. Il faudra aussi veiller à le garder hors de la portée des enfants.

Sources

  • http://www.homeopathyforhealth.net/2014/08/21/lycopodium-homeopathic-remedy
  • https://www.weleda.co.uk/lycopodium-30c-125tabs-302034
  • https://www.healthline.com/health/homeopathy-for-anxiety
  • https://naturtyme.wordpress.com/tag/lycopodium/
  • https://www.leaf.tv/articles/how-to-take-lycopodium-homeopathic-remedy/
  • https://homeopathycanada.com/blog/homeopathic-remedy-lycopodium-clavatum-offers-new-hope-cancer-sufferers-study